3rd Rock From The Sun
Season 3
Anchor Bay Entertainment

Créateurs: Bonnie Turner, Terry Turner
Année: 1998
Classification: NR
Durée: 594 minutes
Ratio: 1.33:1
Anamorphique: Non
Langue: Anglais (DDST)
Sous-titres:
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 4 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Thierry Lacime
2 avril 2006

On ne se le cachera pas: certaines critiques sont plus faciles à faire que d'autres. Et quand il s'agit de visionner "3rd Rock From The Sun", je ne me fais pas prier. Après avoir découvert ensemble les deux premières saisons, il est temps de passer à la troisième vitesse. Dans une livrée s'apparentant parfaitement aux autres coffrets, Anchor Bay nous offre donc de pouvoir posséder les nouvelles aventures de nos extraterrestres un peu dérangés.

Les 24 épisodes (dont trois doubles, pour un grand total de 27) qui composent cette nouvelle saison ont été diffusés sur le réseau américain NBC entre septembre 1997 et mai 1998. Nous avions quitté la "famille" Solomon à la fin de la deuxième saison alors que Dick (John Lithgow) et ses acolytes se séparaient, ces derniers rentrant sur leur planète. Mais Dick regrette maintenant son geste, surtout depuis que Mary Albright (Jane Curtin) ne veut plus de lui. Alors, pourquoi ne pas commencer cette nouvelle épopée avec un double épisode et le grand retour de Sally (Kristen Johnson), Tommy (Joseph Gordon-Lewitt) et Harry (French Stewart). Mais ils ne sont pas seuls à revenir sur Terre. Ils sont en effet accompagnés par la nouvelle épouse forcée de Dick, Janet (Roseanne Barr), qui est aussi la nièce du grand chef, "Big Giant Head". Ce nouveau plan n'est pas vraiment celui que Dick aurait souhaité. Mais nous connaissons bien Dick et nous savons, que volontairement ou non (le plus souvent, c'est d'ailleurs involontaire), il réussira à se sortir d'une mauvaise passe comme celle-ci. Son but est évident: il veut reconquérir Mary. Ce sera donc un des fils conducteurs de cette saison, avec bien entendu des histoires indépendantes où les autres personnages, tels que Don (Wayne Knight), le policier qui ne laisse pas Sally indifférente (mais seulement en uniforme) et encore Nina (Simbi Khali), la pauvre secrétaire de Mary, qui doit aussi supporter les extravagances de Dick (mais qui ne laisse pas toujours faire).

En vrac, nous assisterons au déménagement des Solomon afin de ressembler à "l'Américain moyen", tel que décrit dans les livres de statistiques. On découvrira que Dick a une peur bleue d'un examen médical (il pense peut-être que son secret sera découvert), qu'il sera amené à faire une diète, ayant un peu trop grossi et surtout il goûtera aux joies d'être un juré dans un procès (après plusieurs tentatives, il faut bien le dire). De son côté, Sally s'identifiera à une femme enceinte alors que Tommy, le plus jeune sur Terre, mais le plus âgé du groupe, se surprendra à avoir le béguin pour Mary, ce qui rendra fou furieux Dick. Ensemble, ils sauveront la Terre d'une attaque de Vénusiennes (en fait, de plusieurs top-modèles féminins de la fin des années 90, dont Cindy Crawford et Angie Everhart). On appréciera la visite surprise de la famille DeLuise lors d'un épisode où Dick apprend qu'il sort avec la mère d'un de ses élèves (en l'occurrence Bug Pollone, joué par David DeLuise, qui en profitera pour présenter son frère Paulie (Michael) et son père Mr. Pollone (Dom DeLuise)). Parlant de famille, vous ne trouvez pas que l'élève Leon a un air de famille avec son prof? En effet, c'est le fils de John Lithgow et il se prénomme Ian.

On l'a aperçu de temps en temps dans plusieurs émissions, principalement pour enfants (Mr. Noodle dans "Sesame Street") et on ne sait pas plus qui il est. Il apparaît ici dans le personnage de Pickles, l'animal de compagnie de Harry, qu'il a retrouvé à travers le cosmos et qui a pris apparence humaine sur Terre. Son nom est Bill Irwin. J'ai toujours été stupéfait par son jeu hyper rapide et à la limite de la cascade. On le croirait en plastique et ses expressions sont extraordinaires. Je suis certain que vous l'avez déjà vu et je regrette qu'il ne soit pas plus reconnu. Ne le manquez donc pas dans l'épisode "Pickles and Ice Cream". Quant à son nom de Pickles, il va très bien avec l'épisode où Sally se fait passer pour enceinte. Par contre, on regrettera un peu (même si cela semble être une coutume dans de nombreuses séries) l'épisode "souvenirs" où on revoit certaines scènes passées assemblées dans un pseudo scénario qui laisse une impression de manque d'idées.

N'ayant reçu que les disques pour cette revue, sans le coffret, je ne peux précisément vous décrire ce dernier. Je sais simplement qu'il poursuit parfaitement la forme et le graphisme des précédents. Je ne peux non plus vous confirmer la présence d'une série "parlante". Pour ce qui est de la qualité générale, elle est, elle aussi, assez identique aux précédentes saisons. Nous avons quatre disques simples faces, avec la plupart des suppléments regroupés sur le quatrième. L'image et le son sont dans la moyenne, avec parfois des scènes un peu sombres (il s'agit pourtant de tournages en studio). Les pages de menus sont un peu moins "léchées" que dans les coffrets précédents, où les personnages apparaissaient. Ici, ils sont remplacés par des planètes folles.

Du côté des suppléments, nous avons des pistes de commentaires pour l'épisode "Dick on A Roll" (qui est sur le disque 2), avec French Stewart et les producteurs Mike Schiff et Bill Martin. D'entrée de jeu, nous apprenons une anecdote plutôt spéciale, mais qui montre aussi comment les protagonistes d'une série savent se retourner sur une pièce. Il s'agit de l'épisode où Dick se retrouve en fauteuil roulant suite à un accident dans l'escalier de leur appartement alors qu'il s'amusait, justement, avec un vieux fauteuil roulant. La veille du tournage, John Lihtgow s'est réellement blessé au tennis. Il ne pouvait pas marcher. Il a tenu à jouer ses scènes malgré sa blessure, mais le scénario a été spécialement adapté. Le même groupe de commentateurs se retrouve sur deux autres épisodes du disque 4: "Dick and The Other Guy" (où on ne manque pas de parler de la participation spéciale du grand John Cleese) et "Eat, Drink, Dick, Mary", le dernier de la saison.

On poursuit avec un bon dix minutes de scènes ratées, malheureusement présentées dans une qualité exécrable et un format panoramique (?). Bien entendu, c'est assez drôle et les gags sont ici involontaires. Un autre gros dix minutes entièrement tourné pour ce coffret: un entretien avec French Stewart (Harry Solomon). Il nous raconte comment il est arrivé dans la série et comment il a imposé, d'une certaine façon, l'attitude de son personnage. On continue d'ailleurs avec Harry puisqu'on retrouve un montage de ses scènes les plus "sauvages" de cette troisième saison. On revient dans le passé avec un documentaire de production lors du tournage de l'épisode double "36! 24! 36! Dick" avec les Vénusiennes top-modèles. Et on termine avec un dernier montage, tout comme dans les saisons précédentes, des meilleurs moments de ce coffret. Le genre de supplément que je trouve un peu inutile. Mais dans l'ensemble, on ne fera pas trop la grimace, car il y a une réelle volonté des producteurs à vouloir nous offrir du nouveau. Il n'y a qu'à espérer que cela continuera.

Parmi les autres grands moments de cette nouvelle saison de "3rd Rock From The Sun", notons le premier "vrai" baiser de Sally et Don, la nouvelle coupe de cheveux de Tommy (finies ses ressemblances avec une fille), le diplôme obtenu par Harry avec ses cours du soir et surtout, le retour éventuel du couple Mary et Dick (mais rien n'est trop sûr). La quatrième saison est en route, mais le dernier épisode de cette troisième nous laisse quand même sur une expectative: le commandant Dick a omis de remettre à temps son rapport et le "Big Giant Head" est furieux. Et quand ce dernier envoie son message de mécontentement via le pauvre Harry, ce dernier n'est pas en compagnie des bonnes personnes. Le suspense est à son comble.


Cotes

Film10
Présentation4
Suppléments6
Vidéo8
Audio8