Airwolf
Season Three
Universal Studios Home Video

Créateur: Donald P. Bellisario
Année: 1986-1987
Classification: PG
Durée: 1055 minutes
Ratio: 1.33:1
Anamorphique: Non
Langue: Anglais (Mono)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 5 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Thierry Lacime
3 juin 2007

Avec un délai beaucoup plus raisonnable, Universal nous propose la troisième saison d' "Airwolf" à peine plus de quatre mois après la sortie de la deuxième saison, ce qui est plus rapide que pour les deux premières saisons. Cette troisième saison est, en quelque sorte, la dernière de la série telle qu'on la connaît. Il y a bien une quatrième saison, mais comme nous le verrons éventuellement lors de la sortie de celle-ci. Mais prenons quelques instants pour en faire un résumé.

Déjà cette troisième saison est pratiquement un sauvetage. Le producteur et créateur Donald P. Bellisario n'est plus impliqué dans les épisodes. Son nom apparaît encore au générique en tant que créateur, mais c'est tout. Du coup, plusieurs idées chères à Bellisario sont enlevées ou modifiées, comme The Firm. Et puis CBS, le diffuseur et propriétaire original de la franchise, a de plus en plus de problèmes avec sa vedette principale, Jan-Michael Vincent. Ses aventures dans l'alcool et la drogue, déjà présentes à la fin de la seconde saison, sont toujours présentes. L'acteur se blesse en dehors du tournage ou ne peut se présenter, ce qui cause des retards et des coûts de production supplémentaires.

Pour "sauver les meubles", CBS aménage cette troisième saison afin qu'elle puisse attirer plus de téléspectateurs et qu'elle soit donc plus rentable, au détriment de ce qui avait fait son succès au cours des premières années. Ainsi, on met de côté les missions de sauvetages internationales pour ne garder que des interventions plus locales. On amplifie aussi, comme nous le voyons très bien lors de cette troisième saison, les scènes d'actions pour aller chercher plus d'amateurs de sensations fortes. Mais l'esprit même d' "Airwolf" a un peu disparu, certainement en même temps que son créateur Donald P. Bellisario. Si CBS gagne de nouveaux adeptes de la série, il perd aussi les habitués, ce qui n'arrange finalement rien à son sort. Ce dernier sera jeté quand à la fin du dernier épisode, "Birds of Paradise", on est devant un gros point d'interrogation quant à la suite, et même l'accompagnement musical ne semble pas savoir quelle note jouer.

Les droits de la série seront alors rachetés par une compagnie de production rattachée à USA Network, elle-même filiale de NBC, puis de NBC-Universal. Cela explique pourquoi c'est ce studio qui édite la série sur DVD et qui, selon toutes vraisemblances, devrait aussi éditer la quatrième saison, qui fera intervenir une toute nouvelle distribution, ce que nous ne manquerons pas de détailler le moment venu.

Pour cette troisième saison, donc, nous avons les 22 épisodes qui ont été diffusés pour la première fois sur le réseau américain CBS entre septembre 1985 et mars 1986. Nous y retrouvons la même distribution que pour la saison précédente, à savoir Stringfellow Hawke (Jan-Michael Vincent), Dominic Santini (Ernest Borgnine), Caitlin O'Shannessy (Jean Bruce Scott) et Coldsmith "Archangel" Briggs (Alex Cord). Quelques noms ou visages connus traverseront les épisodes: Tia Carrere, Richard Lynch, Robert Ito, Doug McClure (The Virginian), John Vernon et surtout Eric Braeden (The Young and the Restless).

Nous commençons sur l'adrénaline avec dans le premier épisode une situation de prise d'otages où Hawke, hypnotisé, va devoir jouer l'avenir de son hélicoptère, mais aussi la vie de ses compagnons. À noter le jeu multipersonnages de Richard Lynch. Si un c'est bien, mais deux c'est mieux, alors il ne faut pas manquer l'épisode "Airwolf II", où un deuxième hélicoptère tient la vedette. Même si elles sont rares, quelques scènes nous montrent les deux Bell 222 en vol. Les passionnés d'avions, qui doivent déjà être des passionnés d'Airwolf, apprécieront l'épisode "Eagles", qui se déroule lors d'un show aérien. Et quant à celui intitulé "Annie Oakley", il me rappelle le documentaire sur cette championne de tir qui parcourait l'Amérique avec le Wid West Show, tout comme l'héroïne de l'épisode qui personnifie la championne historique. La mer rejoindra l'air dans "Desperate Monday", alors que Caitlin assistera à une réunion d'anciens élèves à bord du Queen Mary. Hawke et Dominic devront alors la secourir quand un participant aura des plans malicieux. Plusieurs épisodes de cette saison ont des allures de thérapie familiale avec des retrouvailles et des tentatives d'adoption. À noter que chaque épisode débute par un résumé souvent percutant pour inciter à regarder au complet la diffusion.

Ce coffret est très proche des précédentes éditions, le graphisme et les couleurs faisant seulement quelques différences. Nous avons cinq disques regroupés dans trois boîtiers simples (deux doubles et un simple). La sérigraphie est la même sur tous les disques et il n'y a rien d'imprimé à l'intérieur de la jaquette. Au dos des boîtiers, on retrouve la liste des épisodes par disque, avec un résumé. Le tout est rangé dans un fourreau de carton. Pour ce qui est de la qualité de l'image, là encore on ne change pas grand-chose des précédentes saisons. Les épisodes sont présentés au format plein écran, avec une image légèrement au-dessus de la moyenne, mais présentant par moments des fourmillements un peu perturbants. De plus, la saturation est pauvre, ce qui donne une certaine monotonie dans les couleurs, souvent passées. La piste sonore anglaise est quant à elle très compréhensible, avec parfois des dialogues couverts par les bruits des moteurs ou des explosions. Les effets sonores sont toujours bien au rendez-vous dans les scènes impliquant l'hélicoptère vedette, on pourra alors s'aider par le sous-titrage pour malentendants. Les pages de menus sont fixes, sans ambiance sonore. Il n'y a pas de suppléments, si ce n'est des bandes-annonces pour plusieurs séries sur DVD disponibles chez Universal.

Voici donc en quelque sorte la dernière saison de cette série qui aura passionné de nombreux amateurs d'action et d'engins volants, surtout avec un rotor et une hélice. Les effets correctement réalisés et les scènes d'affrontement pouvaient éventuellement pallier à certaines faiblesses dans le jeu des acteurs, surtout Jan-Michael Vincent qui n'est pas le plus expressif de tous. On va quand même attendre la quatrième et réelle dernière saison de la série, même si, comme déjà dit, il n'y a que l'hélicoptère de commun.


Cotes

Film7
Présentation3
Suppléments-
Vidéo6
Audio7