American Gangster
The Complete First Season
Paramount Home Entertainment / BET Entertainment

Réalisateur:
Année: 2007
Classification: 14A
Durée: 246 minutes
Ratio: 1.33:1
Anamorphique: Non
Langue: Anglais (DDST)
Sous-titres:
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 2 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Simon Bergeron
18 novembre 2007

Le crime, c'est bien connu, ne paie pas. Du moins, c'est ce que les autorités nous font entendre depuis notre plus tendre enfance. Dans ce cas, difficile de s'expliquer pourquoi certaines personnes se laissent tenter par le côté obscur du pouvoir... Néanmoins, et dans l'esprit de cette série télévisée, on aborde le crime de manière à montrer qu'il est rentable à court terme, mais qu'au-delà d'une certaine limite, les conséquences encourues sont désastreuses.

Ne cherchez pas Ving Rhames (Pulp Fiction et la trilogie Mission Impossible) puisqu'il se contente de narrer chaque épisode et d'apparaître en couverture et sur quelques menus. Les criminels de la saison sont donc de véritables personnes ayant laissé leur trace dans l'histoire des États-Unis. Au menu, ce sont : Stanley "Tookie" Williams, "Freeway" Ricky Ross, Leroy "Nicky" Barnes, Troy & Dino Smith, les frères Chambers et Lorenzo "Fat Cat" Nichols dont les profils seront vus et interprétés par les différentes personnes interviewées ainsi qu'une bonne dose d'images d'archives. Six criminels, ce qui veut dire six épisodes pour une saison courte, mais bien menée, laissant entrevoir un potentiel correctement exploité sans plus.

Bien que l'idée soit passionnante, le résultat final l'est un peu moins. Oui, ces criminels ont fait face à la justice tôt ou tard, oui les personnes passées en entrevues ont leur opinion, mais la durée de 40 minutes par épisode ne laisse que peu de temps pour s'attarder aux moments saisissants de la vie de ces délinquants de l'ordre. L'avantage d'un minutage aussi serré est qu'il n'y a pas de temps pour les longueurs. Le rythme effréné de chaque épisode promet donc une descente rapide dans l'enfer de ces créateurs de chaos historiques. Des barons de la drogue aux meurtriers, la vie de ces personnages est expliquée de manière juste et sans artifices, quoique l'on devine quels ingrédients ont été ajoutés à la recette pour qu'ils tournent le dos à une vie plus juste. Sont à prévoir : la controverse (l'un d'eux a été en nomination pour le prix Nobel de la paix avant son exécution), le drame, la popularité convoitée, et les changements de quartiers passant de calme à très violent (il était considéré, par la police dans les années 60, que d'entendre six coups de feu dans le South Central, c'était une mauvaise année).

Pour pimenter le tout, on nous offre une entrevue exclusive avec le fils de "Tookie" Williams (durant tout de même 50 minutes), des entrevues rallongées et un aperçu de la seconde saison, qui semble aussi chargée que ne l'est celle-ci. Le crime n'est pas nouveau dans l'histoire, mais force est de constater qu'il est populaire.

L'image est de belle facture pour les entrevues actuelles : couleurs juste assez saturées, contraste un peu fort, aucun flou indésirable, bref une image qui se regarde bien. Les images d'archives, quant à elles, sont aussi nettes qu'elles le peuvent, souvent frappantes de netteté ou de leur manque de préservation. C'est cette particularité qui offre à la série son style dur, réel, près de nous. Le son, pas vraiment une réussite du genre, se contente d'éclabousser de deux enceintes, réussissant à provoquer de légères imperfections ou de cacophonie, surtout lorsque parlent plusieurs personnes à la fois. Pour cela uniquement, des sous-titres auraient été appréciés. Les menus sont fixes et muets, ce qui est dommage puisqu'il y avait la possibilité de faire davantage que d'offrir cette image de Ving Rhames arborant un look gangster totalement affirmé sur un fond brouillé de rouge et noir granuleux. Un rendu honnête qui ne dépasse pas le cadre ni n'éclate son concept initial.

"American Gangster" se penche sur le crime noir de nos voisins du Sud. Il serait faux de croire en une volonté raciste de la part du studio de production puisqu'il s'agit de celui qui nous a offert la série de télé-réalité College Hill. Cette première saison se regarde plutôt bien, nous montrant un visage humain derrière celui habituellement publicisé dans les médias. Un coffret dont les promesses ne sont pas dépassées, mais respectées dans leur totalité.


Cotes

Film7
Présentation6
Suppléments6
Vidéo8
Audio7