Andy Griffith Show
The Complete First Season
Paramount Home Entertainment

Créateur: Sheldon Leonard
Année: 1960-1961
Classification: G
Durée: 915 minutes
Ratio: 1.33:1
Anamorphique: Non
Langue: Anglais (DDST)
Sous-titres:
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 4 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Thierry Lacime
9 janvier 2005

En 1960, une nouvelle série familiale prenait l'antenne sur le réseau CBS: "The Andy Griffith Show", derrière un titre ambigu (après tout, le personnage ne s'appelle pas Andy Griffith (mais l'acteur, oui) et ce n'est pas réellement un show, artistiquement parlant). Tout a commencé dans une autre série très populaire de la fin des années 50: The Danny Thomas Show, où le personnage de Danny rencontrait un shérif d'une petite ville bien tranquille, Andy Taylor. On remarque d'ailleurs que la première série, qui est restée à l'antenne pendant 336 épisodes, a la même particularité de celle que nous critiquons aujourd'hui: elle porte le nom de l'acteur et non celui du personnage (qui est Danny Williams) et c'est aussi un "show". Pourquoi lâcher ce qui semble bien fonctionner?

Le shérif Andy Taylor (Andy Griffith) fait régner la loi et l'ordre à Mayberry, petite ville bien tranquille de la Caroline du Nord. Il est aidé dans sa tâche par son adjoint Barney Fife (Don Knotts). Mais finalement, il ne se passe pas grand-chose à Mayberry et Andy a donc souvent du temps libre pour s'occuper de son jeune fils Opie (Ron Howard). Quand il travaille, c'est la gentille Tante "Bee" Beatrice (Frances Bavier) qui prend soin d'Opie, mais aussi d'Andy, qu'elle a d'ailleurs aussi élevé. Ce que les malfaiteurs ne savent pas, c'est que la prison est peut-être plus confortable que les chambres de l'hôtel local, que Tante Bee fait les repas et que les chaises ont des petits coussins. Et pour accommoder tout le monde, la salle d'audience et les cellules sont dans la même pièce: le bureau du shérif Taylor. Et que dire des pompes funèbres qui partagent leur salle avec le réparateur de télévision?

Andy Griffith a pratiquement fait ses débuts avec cette série. Il avait participé à quelques productions à la fin des années 50, mais son personnage du shérif Taylor a conquis le cœur de nombreux téléspectateurs avec son air un peu naïf et surtout son approche très humaine des problèmes quotidiens, surtout avec son jeune fils Opie. Durant ses quarante et quelques années de succès, Andy a pratiquement toujours été un acteur de télévision. Il est apparu dans une nouvelle série en 1979, Salvage 1, mais c'est surtout son personnage de l'avocat Benjamin L. Matlock qui a permis à Andy Griffith de revenir au premier plan dans la série Matlock en 1986 (il avait 60 ans) et qui a duré 10 ans et 195 épisodes. En 1983, il a été atteint d'une maladie neurologique, mais il en a guéri. Sa dernière apparition remonte à 2001.

Don Knotts, qui joue Barney Fife dans cette série, est un acteur de cinéma et de télévision très connu des années 60. Il est apparu dans de nombreux films des studios Disney et a même eu son propre show télévisé en 1970, pour seulement 24 émissions. Il continue d'apparaître de temps en temps dans des films malgré ses 80 ans. On l'a récemment vu dans Pleasantville où il jouait le rôle du vieux réparateur de télévision qui faisait revenir le jeune David à l'époque du noir et blanc. Don a gagné un Emmy pour son rôle de Barney cinq années de suite sur les six années où il a participé à la série (jusqu'en 1965). À noter aussi sa participation à deux saisons de la série Matlock avec son complice Griffith. Don Knotts participe encore à des productions de cinéma. Il sera notamment la voix d'un dindon "maire" dans le prochain dessin animé des studios Disney, Chicken Little, qui prendra l'affiche fin 2005 (dans la lignée de Toy Story, et qui semble bien promettre).

Ce coffret regroupe sur quatre disques (dans des boîtiers minces) les 32 épisodes de la première saison, en noir et blanc, diffusés entre octobre 1960 et mai 1961. Il y a donc huit épisodes de trente minutes par disque. L'image ne semble pas avoir subi de restauration, mais ne comporte pas, en général, d'importantes altérations. Malgré tout, l'image n'est pas exempte de petits défauts comme des fourmillements dans les zones trop claires ou trop foncées ou de petites taches blanches. Parfois, le contraste est un peu trop prononcé et certains détails disparaissent par manque de définition. La bande sonore anglaise est de bonne qualité et surtout très compréhensible. Aucun sous-titre n'est disponible, mais une option de titrage pour malentendants est accessible. Les pages de menus sont statiques et illustrées d'images de la série... en couleurs. Il n'y a pas de suppléments sur les disques.

Les seuls suppléments, si l'on peut dire, se retrouvent cachés sous l'emplacement de chaque disque, imprimés à l'intérieur de la jaquette. Nous y retrouvons en effet une note qui nous donne une information à propos d'un acteur. Nous y apprenons, par exemple, que Ron Howard a été Richie Cunningham dans la célèbre série Happy Days (y'a-t-il quelqu'un qui ne le sait pas encore?). Il est dommage de ne pas avoir inséré plus de contenu avec ce coffret, surtout que les acteurs principaux sont encore parmi nous. Peut-être que les prochaines saisons seront plus complètes.

"The Andy Griffith Show" a été une des émissions les plus populaires de la télévision américaine et il est toujours rediffusé régulièrement. Son côté bon enfant et apaisant y est certainement pour quelque chose. Regarder un épisode peut même être un bon traitement au stress de nos vies actuelles. Pour les nostalgiques, surtout, et tous ceux qui s'intéressent à l'histoire de la télévision et aux émissions qui l'ont marquée.


Cotes

Film7
Menu2
Suppléments-
Vidéo6
Audio6