The A-Team
Season Five - Final Season
Universal Studios Home Video

Créateurs: Stephen J. Cannell, Frank Lupo
Année: 1986
Classification: PG
Durée: 622 minutes
Ratio: 1.33:1
Anamorphique: Non
Langue: Anglais (Mono)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 3 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Thierry Lacime
15 octobre 2006

Mais qui donc va désormais s'occuper de la veuve et de l'orphelin? Certainement pas "The A-Team" puisque nous en arrivons à la conclusion de cette populaire série. Eh oui, déjà! Seulement cinq saisons et près de 100 épisodes (98 pour être précis) plus tard, nous assistons donc à la disparition de l'équipe de "Robin des Bois" des temps moderne. Nous allons constater, au cours de cette critique, que cette cinquième et dernière saison est un peu différente des précédentes, déjà par la présence de deux nouveaux acteurs. Alors, partons à la découverte de "The A-Team - Season 5". Cette cinquième saison a été diffusée sur le réseau NBC de septembre à décembre 1986 avec, bizarrement, le dernier épisode en mars 1987. Il y a 13 épisodes au total, dont trois qui constituent en fait la première histoire de la saison, la plus importante. En effet, après avoir été engagée de force par un mystérieux général qui leur fait croire qu'ils vont enfin pouvoir prouver leur innocence, notre équipe est finalement arrêtée et jugée.

Dans son ensemble, cette cinquième et dernière saison ne ressemble pas exactement aux autres. On sent une volonté de changer sensiblement le chemin pris, mais on sent aussi de la difficulté à trouver le bon. Prenons par exemple les trois premiers épisodes qui forment en fait une seule et même histoire, découpée en trois parties : "The Court Martial". On commence par l'invraisemblable, à savoir Hannibal Smith (George Peppard) qui se fait kidnapper alors qu'il se remet d'une blessure subie lors d'un tournage dans sa célèbre peau d'un monstre inconnu. Cet enlèvement est en fait une menace. Le général Stockwell (Robert Vaughn) fait une proposition à Smith : l'équipe "A-Team" réussit à déjouer une prise d'otage dans un avion en Espagne et pourra se servir d'un prisonnier très important qui se trouve à bord, le colonel Curtis (Sandy McPeak), que l'on croyait mort, mais qui serait le seul à les innocenter. Le choix est facile à faire. L'équipe se rendra en Espagne avec un nouveau membre, Frank Sanchez (Eddie Velez), que Smith connaît sur les plateaux de tournage et qui s'y connaît en effets spéciaux. Pour résumer la suite, je dirais que l'opération sauvetage réussira, mais que Curtis mentira aux autorités. Les A-Team sont donc arrêtés et conduits devant une court martiale pour être jugés (ce qu'ils ont évité depuis quatre saisons, finalement). Ce sera principalement le sujet du second épisode, presque un huis clos dans une salle de cour, ce qui tranche avec le côté action de la série. Puis, dans la troisième partie, on renoue un peu plus à l'action alors qu'il faut essayer de sauver les trois membres accusés (Murdock (Dwight Schultz) étant considéré comme malade mental, il ne peut pas être jugé).

Le général Stockwell, pour des raisons que l'on devine, va devenir un personnage récurrent de cette cinquième saison. On ne sait pas trop d'où il vient, qui il est, ni finalement ce qu'il veut à l'équipe A-Team. Il va devenir leur principal "fournisseur" de missions sous une certaine forme de chantage, considérant sa position "haut placée". Un des épisodes les plus intrigants de cette saison est certainement "The Say U.N.C.L.E. Affair", dont le titre n'est pas sans rappeler une autre série populaire des années 60, The Man From U.N.C.L.E. où Robert Vaughn interprétait le personnage de Napoleon Solo et était secondé par David McCullum (l'actuel célèbre Dr "Ducky" Malard de NCIS) qui interprétait quant à lui l'agent Illya Kuryakin. Parlons-nous ici du même "U.N.C.L.E."? Difficile à dire, mais l'histoire dans l'épisode de A-Team est un sacré clin d'œil à la vieille série, si bien que, au début principalement, on a l'impression de voir les retrouvailles de Solo et Kuryakin, puisque Stockwell retrouve un ancien partenaire de travail en la personne de Ivan, joué par David McCallum.

Vous avez certainement remarqué dans le détail de cette saison, un peu plus haut, je mentionnais que le dernier épisode avait été diffusé plusieurs mois après l'avant-dernier. Ce qui pourrait laisser supposer que cet avant-dernier était peut-être celui que la production pensait être le dernier. D'ailleurs, en le visionnant, on peut effectivement se poser la question. Mais l'élément le plus convaincant, voulu ou non, est le tee-shirt que porte Murdoch et qui affiche très clairement le mot "FINI" sur le devant. Spécial, vous ne pensez pas?

Universal nous propose toujours un coffret de trois disques, pour rester dans le format déjà utilisé dans les saisons précédentes, mais en raison du nombre moindre d'épisodes, ce sont trois disques simples face rangés chacun dans un boîtier mince, le tout dans un fourreau de carton, à prédominance ocre. La qualité des images reste très proche de celle des précédentes saisons, c'est-à-dire correct sans être parfaite. Il y a parfois des artefacts et un manque de saturation. La piste sonore anglaise mono est par contre de bonne qualité et très précise en général. La page de menu principal présente des images de la série avec le thème en boucle. Les autres pages sont statiques, avec parfois le thème en fond sonore. Le seul supplément de ce coffret se compose d'un entretien d'une dizaine de minutes avec Stephen J. Cannell, le créateur, qui nous raconte l'histoire de la série ainsi que quelques anecdotes.

Les épisodes de cette cinquième saison sont :

Ce serait un problème de coûts qui serait à l'origine de l'arrêt de la série. On pourrait facilement penser à d'autres raisons quand on regarde cette cinquième saison qui donne vraiment l'impression de se chercher, sans se trouver. L'ajout de deux nouveaux personnages, les allées et venues de Murdoch et la très longue première histoire qui s'enlise parfois, sont autant d'autres raisons plus évidentes. Malgré tout, les amateurs apprécieront ce cinquième et dernier coffret qui donne parfois un autre visage à certains des personnages, B.A. Barracus par exemple. Outre David McCallum, déjà cité (et certainement présent à la demande de son ami Vaughn), les acteurs invités sont plutôt rares cette fois-ci, en tout cas dans les noms plus connus. Seul, Bobby DiCicco (The Philadelphia Experiment) fait une apparition dans le dernier épisode. Une saison donc mitigée, mais il faut bien compléter la série.


Cotes

Film-
Présentation-
Suppléments-
Vidéo-
Audio-