Babylon 5
The Complete Fifth Season
Warner Home Video

Créateur: J. Michael Straczynski
Année: 1998
Classification: PG
Durée: 968 minutes
Ratio: 1.78:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51)
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnol
Nombre de chapitres: 132
Nombre de disques: 6 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Albert
6 mai 2004

La cinquième saison de "Babylon 5" ressemble à première vue à un nouveau début. Lors de la dernière saison, la plupart des histoires dont je me souviens ont été résolues et plus rien d'autre que l'histoire de la nouvelle Alliance Intergalactique de Sheridan (Bruce Boxleitner) qui commence à prendre forme. L'air de nouveauté est aussi donnée par l'arrivée de capitaine Elizabeth Lochley (Tracy Scoggins) comme remplacement d'Ivanova (Claudia Christian) qui a démissionné de la station suite à la mort de Marcus (Jason Carter) à la dernière saison. Lennier (Bill Mumy) aussi s'en va de Babylon 5 pour devenir Ranger (et du même coup laisser loin de lui l'inconfort que lui apporte le mariage de Sheridan et Delenn (Mira Furlan) - celle qu'il aimait). Les dommages de l'amour quoi!

Des télépathes s'installent à bord de la station de par l'autorisation de Sheridan. Leur chef, Byron (Robin Atkin Downes), les guide vers une philosophie sans violence, mais en apprenant que ce sont les Vorlons qui les ont créés pour aider les différences races à se défendre contre les Shadows le rend furieux. Cependant, il ne veut pas utiliser la violence pour régler ses problèmes, mais ce n'est pas le cas de tous les gens qui le suivent. Une guerre des télépathes se prépare. Une autre guerre qui se prépare à petit feu contre la République Centauri qui est dirigée à son insu par une force inconnue qui tente de semer la discorde dans l'Alliance en détruisant des cibles civiles. L'Alliance de Sheridan ne tient qu'à la promesse de supporter toutes attaques sur le responsable de ces actions, mais lorsqu'il s'agit de cibles civiles, Sheridan n'est pas très de bonne humeur.

Cette saison, le docteur Franklin (Richard Biggs) monte une recherche à propos des infections bactériologiques entre les différentes races de l'Alliance et du fait même nous apprenons encore plus de détails sur ces races. Mais ce qui l'inquiète le plus, c'est que son ami Garibaldi (Jerry Doyle) s'est remis à boire. Ce problème sera loin de son esprit dans le futur, puisqu'il a accepté un transfert sur Terre pour mieux faire sa recherche. Un autre personnage qui déménage est Londo Mollari (Peter Jurasik) qui est forcé de retourner sur sa planète pour mieux exercer son travail de Premier Ministre Centauri (et celui de futur empereur), mais la force inconnue lui enlève tout pouvoir et toute possibilité de voir des personnes de pouvoir. G'kar (Andreas Katsulas) s'est nommé garde du corps de Mollari, en tant que symbole et sécurité externe non-Centauri. Encore une fois, G'kar a les meilleures lignes de dialogue de la saison et reste toujours un de mes personnages préférés. Le fait de sa situation le rend encore plus comique!

Deux épisodes de la saison donnent un regard différent sur la situation de Babylon 5. Tout d'abord, l'épisode "A View from the Gallery" nous fait voir les circonstances par yeux de deux travailleurs journaliers de la station, Bo (Lawrence LeJohn) et Mack (Raymond O'Connor) et l'épisode "The Corps is Mother, The Corps is Father" nous fait voir un plan d'action de Bester des yeux de deux nouvelles recrues Psy Cop. Ces épisodes nous détachent quelque peu de la politique qui roule à chacun des autres épisodes, quoique nous voyons tout de même l'histoire principale se dérouler à l'arrière-plan.

Tracy Scoggins faisait une drôle d'entrée dans "Babylon 5", car la dernière fois que je l'avais vu dans un rôle c'était dans Lois & Clark: The New Adventures of Superman en tant que la journaliste flyée Catherine "Cat" Grant, dont la position avait été éliminée dès la seconde saison. Au cours de la saison, j'ai trouvé que son personnage s'épuisait pas mal et est d'une importance amoindrie. Quelques artistes connus ont visité la série lors de cette saison dont les comédiens Penn & Teller qui interprètent les rôles de Rebo and Zooty (franchement stupide, mais c'est la comédie du futur!) dans l'épisode "Day of the Dead" où plusieurs personnages reviennent à la vie pour parler aux vivants selon une célébration Brakiri (entre autres Morden (Ed Wasser)). Nous avons aussi, dans un autre épisode, l'acteur Wayne Alexander qui revient sous la forme du "First One" Lorien et sous les traits de Drakh, la force inconnue dont je vous parlais plus tôt. Avec la guerre des télépathes, il est de très bon augure de ramener Walter Koenig dans son populaire rôle de Bester (un rôle qui nous fait totalement oublier Pavel Chekov!). À mon grand plaisir, nous revoyons aussi la belle Marjorie Monaghan dans le rôle Number One, la chef de la résistance martienne, qui remplace Garibaldi à la tête du service d'intelligence de l'Alliance.

J'ai trouvé que cette saison avait beaucoup plus de scènes extérieures d'espace et de combats qui ont fait en partie la renommée de la série. Les graphiques sont très détaillés et très précis nous offrant quelque chose qui a l'air beaucoup plus naturel qu'aux premières saisons. Un gros bravo pour ce point! Voici la liste des épisodes avec leur titre qui devient plus clair après le visionnement de l'épisode :

Les quatre derniers épisodes marquent pour la plupart des personnages un nouveau départ vers d'autres horizons. Particulièrement l'épisode "Objects in Motion" contient des scènes à kleenex où tous les personnages que nous avons appris à aimer nous quittent. G'kar et Lyta s'en vont explorer pour de nouveaux mondes, Londo est empereur, Garibaldi se marie enfin à Lise et part diriger les industries Edgars sur Mars, Franklin sur Terre dans son laboratoire et Sheridan et Delenn (maintenant enceinte) s'en vont sur Minbar. Il ne reste que Lochley à la tête de la station et Vir (Stephen Furst) qui nous revient en tant que nouvel ambassadeur Centauri. L'épisode final se passe en 2281, vingt ans après la guerre contre les Shadows. Nous voyons ce que sont devenus les personnages et ce qu'ils vont continuer à devenir. Les sentiments éclatent des tous bords et tous côtés et mettent au défi ceux qui ont suivi la série depuis le début de retenir leurs larmes. Je n'ai pas honte de dire que j'ai du faire quelques poses durant le visionnement de cet épisode parce que je ne voyais plus clair! La série se termine sur la destruction de la station qui ne sert plus à rien maintenant que l'Alliance fait maintenant affaire sur Minbar.

Le menu des DVD est bien fait à part l'animation en "morphing" du début que je n'ai jamais vraiment aimée dans tous les coffrets. Après cinq coffrets, je viens tout juste de découvrir que les "petits plus" dans le menu renferment la bande-annonce de l'épisode sélectionné! L'image des épisodes de ce coffret est très riche et colorée, avec des noirs profonds, sans signe de fatigue et pour la première fois pour la plupart d'entre nous en panoramique (anamorphique bien sûr!). Côté son, nous pouvons être satisfaits du mixage qui offre une ambiophonie intéressante pour une série télévisée, particulièrement pour la musique de Christopher Franke (qui peut facilement être considérée comme un des personnages) et les scènes d'espace.

Comme avec les autres coffrets de la série, Warner nous a bien gâtés. Il y a d'abord sur le premier disque une introduction de J. Michael Straczynski, le créateur de la série, qui contient selon moi beaucoup trop de scènes de la série. Ensuite, nous retrouvons sur le sixième disque (qui comprend la majorité des suppléments) un documentaire nommé "Digital Tomorrow" dans lequel des personnes-clé de la série parlent de ce que c'était d'être le pionnier des effets par ordinateur. Un peu trop court comme document, mais très intéressant. Ensuite, "Beyond Babylon 5" parle du succès de la série à cause des fans qui a causé la création de livres complétant l'histoire, de l'organisation de conventions et la marchandise ainsi que l'esprit de famille et de communauté que la série a créé.

La section "Universe of Babylon 5" nous donne des informations à propos de Drakh, du livre de G'Kar, de la chute de la République Centauri, de l'Alliance Interstellaire et du "Day of the Dead", résumant ce que nous avons vu durant la saison. Une section semblable nous informe sur les personnages de Lochley, Byron, Ta'lon, le ministre Virini, Mack et Bo. La section se termine par les bloopers de la saison et l'internement de Straczynski! Nous avons ensuite quelques scènes supplémentaires pour l'épisode "Sleeping in Light" et une petite biographie de Douglas Netter et de J. Michael Straczynski.

Nous retrouvons trois pistes de commentaires dans ce coffret. La première sur l'épisode "Movement of Fire and Shawdow" avec Bruce Boxleitner, Peter Jurasok, Patricia Tallman et Tracy Scoggins. Nous avons droit ici à des discussions "philosophique" et des blagues, aucune attention à l'histoire! Les épisodes "The Fall of Centauri Prime" et "Sleeping in Light" sont commentés par Straczynski. Il parle de la douleur de filmer ces épisodes dans lesquels nous disons "au revoir" aux personnages. Il répète souvent que ce n'est qu'une seule fois dans une vie que l'on peut vivre quelque chose comme "Babylon 5".

Et voilà la fin d'un autre coffret et malheureusement la fin de la série. C'est certain qu'il y a des questions non répondues à la fin de la série, mais quelle série n'en a pas? Après cette série, il y a eu une certaine suite avec des films télévisés ainsi qu'une série nommée Crusade mettant en vedette les Rangers qui donnent des réponses supplémentaires. À espérer que tout cela va se retrouver rapidement sur DVD puisque je n'ai jamais vu la suite, n'étant pas diffusée sur une chaîne de télévision locale.


Cotes

Film8
Menu1
Suppléments6
Vidéo7
Audio7