Bewitched
The Complete Fifth Season
Sony Pictures Home Entertainment

Créateur: Sol Saks
Année: 1968
Classification: G
Durée: 759 minutes
Ratio: 1.33:1
Anamorphique: Non
Langue: Anglais (Mono), Anglais (Mono), Espagnol (Mono), Portugais (Mono)
Sous-titres: Anglais, Espagnol, Portugais
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 4 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Thierry Lacime
8 juillet 2007

Déjà la cinquième saison des aventures de notre sorcière bien aimée, Samantha (Elizabeth Montgomery), qui nous est offerte en coffret DVD. Nous entamons aussi la deuxième moitié de l'existence de la série (huit saisons) et aussi la dernière pour l'acteur Dick York, qui quitte la série pour des raisons de santé, notamment des problèmes au dos. Les 30 épisodes de cette cinquième saison ont été diffusés pour la première fois sur le réseau américain ABC entre septembre 1968 et avril 1969. Pour des informations complémentaires, je vous propose de lire ou relire mes précédentes critiques des saisons deux et trois de "Bewitched".

Au cours de cette saison, Darrin devra encore et toujours accepter les pouvoirs de sa tendre épouse, mais surtout les sarcasmes de sa chère belle-mère Endora (Agnes Moorehead). On commence donc en grande forme avec une énième prise de bec entre Darrin et Endora, alors que celle-ci transforme son gendre en un être de quelques centimètres de haut. Bien entendu, le chien danois des voisins choisit bien son jour pour s'échapper. Puis Darrin devra voyager dans le temps pour sauver sa femme, mais qui se trouvera être en fait sa cousine Serena. Il se trompera à nouveau et l'invitera cette fois-ci à une seconde lune de miel. Pauvre Darrin. Il y a ce cher oncle Arthur qui confondra les pâtisseries Napoleon avec le vrai Napoleon Bonaparte et ramènera ce dernier à la maison. Darrin n'en aura pas terminé avec la méchante Serena, qui dans un double épisode fera la vie dure au mari de Samantha en lui bouleversant ses habitudes de travail. La saison se termine avec un voyage au Mexique pour Samantha et Darrin, afin de conclure un contrat. Pour une fois, Endora a voulu aider son gendre (son cher "Durwood", comme elle le surnomme avec moquerie) en lui jetant un sort pour lui enlever ses craintes de parler en espagnol. Mais le pauvre homme a tellement peur de cette expérience qu'il disparaît au complet.

Les 30 épisodes sont répartis sur quatre disques rangés dans deux boîtiers minces doubles, illustrés d'images différentes pour chacun. Les sérigraphies des disques sont aussi différentes, reprenant les différents personnages. Le détail de chacun des disques est reproduit au dos des boîtiers. Le tout est glissé dans un fourreau de carton reprenant le graphisme des coffrets des saisons précédentes. L'ensemble que nous propose Sony Pictures ici est peut-être un petit peu trop serré pour le contenu, mais c'est un défaut qui revient régulièrement chez cet éditeur. À vouloir trop en mettre, ça peut déborder. Avec jusqu'à huit épisodes par disque (ce qui arrive deux fois ici), la qualité de l'image s'en ressent malheureusement, et la lecture sur certaines platines peut s'en retrouver affectée (comme je m'en suis rendu compte). Les défauts de compression sont alors beaucoup plus visibles. C'est un peu dommage, surtout pour des séries comme celle-ci dont on voudrait garder un bon souvenir. J'avoue que certains passages sont assez flous malheureusement, surtout si on se tient près de l'écran. De plus, les problèmes ne sont pas présents dans toute la saison, certains épisodes s'en trouvant plus marqués que d'autres. On a toujours un choix surprenant de pistes sonores (avec un épisode, le quatrième, qui n'a pas de piste portugaise). La piste anglaise est très compréhensible et suffit la plupart du temps. La page de menu principal reprend le petit dessin animé du générique (où Samantha et Darrin sont dans leur cuisine), accompagné par le thème musical. Contrairement à la troisième saison, les menus ne sont pas anamorphiques. Il n'y a pas de suppléments, seulement quelques bandes-annonces pour d'autres produits Sony disponibles sur DVD.

Saviez-vous que "Bewitched" est une des séries qui a le plus d'acteurs différents pour le même personnage. Outre Darrin, que j'ai déjà évoqué, il ne faut pas oublier que deux actrices ont joué Louise Tate, de même que Gladys Kravitzes et deux acteurs ont interprété le père de Darrin. À l'époque, le réalisateur William Asher, qui était aussi le mari d'Elizabeth Montgomery, pensait que c'était normal qu'un personnage ne soit pas toujours associé au même acteur. Il se trompait peut-être, car lors du changement de Darrin, la série, qui bénéficiait de très bonnes cotes d'écoute, dégringola de 13 places dans les sondages. À noter aussi dans cette cinquième saison le personnage du Dr. Bombay, interprété par Bernard Fox. Le même acteur était déjà apparu dans les premiers épisodes de la série, mais avec un autre personnage. Il faut aussi mentionner que cette cinquième saison marque le rôle définitif de Tabitha à Erin Murphy. En effet, depuis la troisième saison, le personnage était joué par les jumelles Diane et Erin Murphy, nécessité légale pour ne pas faire trop travailler un enfant sur un plateau de télévision. Avec des jumeaux, on double ce temps.

Avec un certain regret dans la qualité générale des images de cette saison, cette dernière saison avec Dick York, certainement le seul vrai Darrin de la série, est malgré tout très divertissante. On regardera avec une sorte de nostalgie ces effets spéciaux d'une autre ère qui ont malgré tout su éveiller notre imaginaire de jeune téléspectateur, émerveillé par les pouvoirs de cette si gentille sorcière, espérant un jour rencontrer une telle personne dans notre vie (qu'est-ce qu'on est naïf quand on est enfant!). Faute de mieux, on acceptera donc ces petits défauts, en espérant que les prochaines saisons seront de meilleure qualité. À moins qu'en bougeant mon nez... peut-être que je pourrais changer quelque chose... non? Tant pis.


Cotes

Film8
Présentation4
Suppléments-
Vidéo6
Audio6