Blue Bloods
The Second Season
Paramount Home Media Distribution / CBS DVD

Créateurs: Robin Green, Mitchell Burgess
Année: 2011-2012
Classification: 14A
Durée: 926 minutes
Ratio: 1.78:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51, DDST)
Sous-titres: Anglais, Espagnol , Portugais
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 6 (DVD-9)
Code barres (CUP): 097368227743

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Albert
28 juillet 2015

Depuis la ma critique de la première saison de la série policière "Blue Bloods", je n'avais pas rencontré la famille Reagan. Disons que mes visites de la télévision "live" sont de moins en moins nombreuses et maintenant que j'ai les DVD des saisons subséquentes en main je vais en profiter pleinement. Le premier attrait à la première saison c'était de revoir Tom Selleck, mais après une saison, c'est de toute la famille Reagan dont je veux des nouvelles. Il d'abord le commissaire de la police de New York, Frank Reagan (Tom Selleck), ses fils Danny (Donnie Wahlberg) et Jamie (Will Estes) ainsi que sa fille Erin (Bridget Moynahan), tous dans le service de la police d'une façon ou d'une autre. Il ne faut pas oublier Henry (Len Cariou), le paternel de Frank qui a quand même son mot à dire (ou danse et chante avec sa petite-fille). La dynamique de la série est beaucoup plus que policière... elle est familiale. Chaque dimanche, il y a le souper de famille où tous les boucliers tombent et chacun dit ce qu'il a sur le cœur pour les événements en cours. La famille inclut aussi Linda (Amy Carlson), la femme de Danny, et Nicky (Sami Gayle), la fille d'Erin. Avec tout ce monde dans le service policier, les conflits d'intérêts sont quasi assurés (ou les chicanes comme dans l'épisode "Reagan Vs. Reagan"), mais l'honneur prend place avant tout dans cette famille.

Un nouveau maire, de nouveaux maux de têtes pour le commissionnaire Frank Reagan, car ce dernier veut une marionnette à son service, mais politiquement il préfère le garder. Le révérend Darnell Potter n'aide pas à sa cause. Frank devra utiliser sa finesse et son expérience pour garder les politiciens qu'il dessert dans le droit chemin autant qu'il peut. Policier d'expérience, Danny enquête avec sa partenaire Jackie Curatola (Jennifer Esposito) sur un meurtre d'adolescent, de faux appels de vol, un tueur d'escortes en série, la mort d'un informant d'Erin, un meurtre possible par un policier, une arme remise aux policiers par le possible tueur, le suicide du père d'un ami et un centre de combat undergrond (genre "Fight Club"). Danny tirera accidentellement sur un policier sous couvert et une enquête interne est ouverte, ce qui ne l'arrêtera pas. Jackie risque sa vie lorsqu'elle servira d'appât dans une enquête dans laquelle elle ressemble à la victime. Les deux détectives survivent une opération sous couvert où plusieurs officiers ont été tués par un homme qui se fait appeler Phantom. Jamie enquête sous couverture et se fait ami avec le neveu d'un chef de la mafia. C'est certain que le département le veut tout près de lui pour avoir un pied dans la famille Sanfino. Il entrera de plus en plus profondément dans l'action et plus d'une fois sa couverture sera sauvée par sa famille. Une fuite dans la police rendra leur travail difficile de temps en temps. Linda trouve stressant le travail de femme de policier, d'autant plus que lors d'une fin de semaine d'amoureux, Danny est plus occupé à faire avancer une enquête. Il y aura aussi cette attaque à l'arme chimique sur New York, durant la fête des Mères, que nos policiers devront garder secret de tous, même leur propre famille. "Blue Bloods" est une série très new-yorkaise et il y a bien sûr un épisode où l'on parle de 9/11 (attaque du World Trade Center). Il est difficile de parler d'un événement avec un personnage particulier, car toute cette liste est résolue avec l'aide de tout le membre de la famille, chaque souper du dimanche remettant les idées en ordre. J'adore tous les personnages secondaires qui, même si on ne les voit pas souvent, viennent nous chercher à leur façon. Il y a entre autres le Sergent Renzulli (Nicholas Turturro) qui a toujours le bon mot pour ses policiers, Garrett Moore (Gregory Jbara) le lien entre Frank et les journalistes et bien sûr Abigail Baker (Abigail Hawk) l'assistante de Frank qui connaît très bien son patron (pas juste une secrétaire... elle a le grade de détective et est hautement décorée).

L'image offerte sur les disques est claire, bien détaillée, mais certains moments proposent un peu trop d'artefacts de compression à mon goût sur grand écran. Bien sûr ce sont des DVD, mais dans la brume du matin de la ville, de l'accentuation des contours était bien visible sur les personnages. C'est un artefact que l'on voit de moins en moins, mais là c'était trop gros pour ne pas en parler. Ce n'est pas partout, certains épisodes sont pires que d'autres. Regardez par exemple "Mother's Day" qui débute sous un ciel gris uniforme et après le survol du pont Brooklyn (et ses nombreux fils) qui est complètement dégradé par un flux numérique pas assez élevé. Problème de compression trop forte? Côté audio, rien à signaler à part de vous dire encore une fois que c'est une des plus intéressantes pistes musicales de toutes les séries policières actuellement en onde, orchestrale, courte, mais mémorable (à mon avis bien entendu). Autre que la musique, les dialogues sont bien distincts, facile à comprendre (sauf à un moment j'ai eu besoin des sous-titres parce qu'un des acteurs parlait trop vite) et les effets ambiophoniques présents, mais discrets.

Comme supplément, il y a d'abord quelques scènes retranchées, quelques pistes de commentaires et une revuette sur la présence du chanteur Tony Bennett (et aussi de la chanteuse Carrie Underwood) et comment tout le monde était content. La majorité des suppléments sont sur le dernier disque, soit une série de bloopers (passablement tous de Wahlberg qui danse) et trois revuettes, dont la dernière en deux parties. Dans "On the set with Donnie and Will", on rend "hommage" aux 150 quelques personnes au cours d'une saison qui assiste la production au tournage suivi de "Keeping It Real" qui nous présente l'ex-policier Jim Nuciforo, un conseiller de la production avec bien des trucs du métier qu'il a acquis dans ses 24 années de service. La revuette double, "A Higher Standard", passe à travers la majorité des histoires de la seconde saison, citant qu'ils sont maintenant la famille étendue des Reagan dans la production. À ne pas visionner avant d'avoir vu les épisodes eux-mêmes. Chaque épisode semble être le préféré d'un membre de la production pour x raisons, alors on tombe souvent dans l'émotionnel.

La saison 2 est très professionnelle, nous gardant très intéressés et portant sur ses épaules quelques causes qui tiennent à cœur aux scénaristes et aux New-yorkais qui sont représentés en grand nombre dans la série. Chaque quartier et chaque classe de personnes y passent, indirectement une carte postale de la ville et ses petits coins où l'horreur peut se passer tout comme les moments de bonheur. "Blue Bloods" est un mélange de cet esprit, ce qui en fait probablement son succès.


Cotes

Film9
Présentation7
Suppléments8
Vidéo6
Audio8