The Brady Bunch
The Complete Fifth Season
Paramount Home Entertainment

Créateur: Sherwood Schwartz
Année: 1972-1973
Classification: G
Durée: 553 minutes
Ratio: 1.33:1
Anamorphique: Non
Langue: Anglais (Mono)
Sous-titres:
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 4 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Thierry Lacime
15 octobre 2006

Encore une institution télévisuelle qui prend son billet de départ. Après cinq saisons et 117 épisodes, il est déjà temps de laisser grandir en paix la célèbre famille Brady. Si les adultes n'ont pas beaucoup changé, ce n'est pas la même histoire avec les enfants, qui ont grandi tous les six sous les yeux de millions d'admirateurs américains de 1969 à 1974. Et un enfant qui passe de sept à 12 ans ou un adolescent qui passe de 13 à 18 ans, ça ne passe pas vraiment inaperçu. C'est pourtant ce que l'aventure de "The Brady Bunch" a permis durant ces cinq années. Découvrons donc cette dernière saison.

Les 22 épisodes de cette cinquième saison ont été diffusés pour la première fois sur le réseau américain CBS entre septembre 1973 et mars 1974. C'est aussi la plus courte des cinq saisons, mais avec seulement trois épisodes de moins que la première. Je vous propose de retrouver mes critiques des saisons un, deux et trois pour vous mettre ou vous remettre dans l'histoire et replacer, si besoin est, les personnages et les acteurs.

Comme je le disais en introduction, les garçons grandissent vite, principalement Greg, mais surtout Peter. Et il n'y a pas que les gens qui grandissent, les cheveux aussi, ainsi que le bas des pantalons. Nous sommes au début des années 70 et la mode influence beaucoup la série. Les garçons ont de sacrées "tignasses" sur la tête, même Mike Brady, le père, qui est maintenant frisé. Les tenues sont aussi très à la mode, avec des pantalons plutôt serrés, des chemises avec des cols immenses et surtout des ensembles assez colorés. Bienvenue dans les formidables années 70. La saison commence directement par un filon qui n'a jamais vraiment été exploité (sauf dans le film de 1995), à savoir les talents de chanteurs des six enfants. En effet, Greg et ses cinq frères et sœurs auditionnent pour une émission de télévision. Cela nous donne l'occasion de deux scènes de chanson dans l'épisode "Adios, Johnny Bravo".

Peut-être dans le but de redonner à la série une nouvelle chance, un nouveau personnage fait son apparition dans le dernier quart de la saison : le cousin Oliver (Robbie Rist). Cet ajout ne sera pas forcément celui qui plaira le plus au public. Qu'il soit un extra dans un épisode, cela aurait été acceptable, mais qu'il devienne un membre du clan Brady, cela a été plus discutable. Outre ce personnage très caricatural (et caricaturé) d'enfant maladroit qui doit faire sa place, les jeunes Brady occupent beaucoup de place dans cette saison, laissant un peu plus en arrière-plan les parents et Alice. C'est peut-être la raison pour laquelle nous retrouvons Robert Reed, notre "Mike Brady", aux commandes de l'un des épisodes de cette saison, "Getting Greg's Goat", alors que le dernier de la saison l'est par le non moins célèbre Jack Arnold, qui avait déjà réalisé deux autres épisodes auparavant. Toujours dans cette seconde partie de saison, une petite curiosité avec l'épisode "Kelly's Kids" qui n'est pas exactement un épisode de The Brady Bunch (l'action se déroulant pratiquement au complet ailleurs), mais une tentative de série parallèle où sont en vedette les amis des Brady, les Kelly. Ces derniers décident d'adopter trois enfants de races différentes et doivent vivre avec les remarques du voisinage. Un essai qui n'a par contre jamais été transformé par la production.

Il a donc fallu à peine plus d'une année pour compléter cette série au complet en format DVD. Cette fois-ci, Paramount nous propose un boîtier de couleur orange, avec toujours un rajout de style holographique qui permet de "voir" le fameux quadrillage du générique contenir quatre images différentes de chaque acteur, selon l'angle que l'on donne au coffret, tout comme les saisons précédentes. Les 22 épisodes sont toujours rangés dans deux boîtiers minces à double logement, le tout dans un petit fourreau de carton, identique aux précédentes saisons. L'image proposée au format plein écran est en général assez jolie, avec une saturation des couleurs parfois un peu poussée (les yeux bleus de Cindy (Susan Olsen) sont parfois à la limite de l'irréel). Mais malheureusement, parfois les images sont un peu floues. C'est d'ailleurs un problème qui a déjà été détecté dans les saisons précédentes. La piste sonore anglaise mono est aussi bien claire et compréhensible. Les pages de menus sont aussi très colorées, mais statiques et muettes. Et autant le dire tout de suite, il n'y a pas de suppléments dans cette dernière saison. C'est vraiment dommage puisqu'il y en avait dans le premier coffret, puis ensuite, plus rien!

Ceci conclut donc la grande épopée originale de la famille Brady. Il y aura bien quelques émissions par la suite, comme je l'explique dans la critique de la troisième saison, puis des films plus récemment. Il est à parier que ce n'est pas fini et qu'on retrouvera encore la famille Brady dans les années à venir. Cette cinquième saison manque par contre de contenu intéressant. Comme c'est souvent le cas, on a l'impression que la production cherche à tout prix à plaire. On a l'assurance de ne pas s'ennuyer malgré tout, la petite troupe des enfants s'est bien améliorée au cours des années et même Bobby et surtout Cindy ont pris beaucoup d'assurance. Pour ceux qui veulent compléter leur collection, il est quand même bon de posséder cette dernière saison, ne serait-ce que pour les curiosités qu'elle contient. C'était donc l'histoire d'une ravissante femme, qui avait trois superbes filles...


Cotes

Film7
Présentation2
Suppléments-
Vidéo6
Audio6