Brilliant But Cancelled
EZ Streets / Crime Drama
Universal Studios Home Video

Réalisateur:
Année: 1996-97 / 1959, 1976, 1989, 2004
Classification: 14A
Durée: 209 / 183 minutes
Ratio: 1.33:1
Anamorphique: Non
Langue: Anglais (Mono)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 1 (DVD-9) chacun

Le DVD "EZ Streets" est disponible chez: Amazon.ca
Le DVD "Crime Dramas" est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Ostiguy
21 mai 2006

C'est bien connu, la patience n'est pas la plus grande vertu des chaînes de télévision américaines lorsqu'il est question de programmation. Si une série ne s'attire pas immédiatement les faveurs du public, et quoi qu'en pensent les critiques, elle est retirée des ondes, souvent après quelques semaines seulement. Si certaines séries ne méritaient effectivement pas de connaître une longue vie sur les ondes, d'autres ont été sacrifiées injustement. C'est certaines de ces séries que cette nouvelle collection "Brilliant but Cancelled" entend faire revivre. Deux DVD de cette collection sont maintenant rendus disponibles par Universal. Le premier, "Crime Dramas" comprend un épisode de quatre séries policières qui ont duré une seule saison. Le second "EZ Street" comprend trois épisodes d'une série policière écrite et réalisée par Paul Haggis (Crash) et présentée sur les ondes de CBS durant la saison 1996-1997.

Brilliant But Cancelled: Crime Dramas

En visionnant les épisodes des quatre séries comprises sur ce DVD, j'ai constaté que si certaines séries ne fonctionnent pas parce qu'elles sont passéistes et ne correspondent plus à la façon contemporaine de faire de la télé, le contraire est aussi vrai. Les quatre séries dont je vais parler ici, ont été des séries d'avant-gardes, tant dans la forme que dans le contenu et c'est ce qui leur a certainement nuit auprès de l'auditoire.

"Johnny Staccato" a été présenté sur les ondes de NBC durant la saison 1959-1960. Série policière de trente minutes, elle mettait en vedette John Cassavetes dans le rôle d'un pianiste de jazz, devenu détective privé pour arrondir ses fins de mois. La musique est très importante dans "Johnny Staccato". Elmer Bernstein a conçu une musique de scène très jazzy qui est omniprésente durant tout l'épisode. La musique, excellente au demeurant, parvient à installer une atmosphère qui distingue cette série de ses contemporaines. Le personnage de Staccato est un homme ordinaire aux prises avec sa conscience. On le sent torturé et on devine qu'il a un passé pas très net. Si ce genre de personnages est omniprésent dans les films noirs, il est plutôt rare à la télévision. Eduardo Cianelli joue le sympathique patron du bar où Staccato s'exécute en tant que pianiste. L'épisode présenté, "Tempted" met en vedette une toute jeune Elizabeth Montgomery, femme fatale pour laquelle Staccato est tenté de commettre un forfait.

"Delvecchio" est une série policière mettant en vedette Judd Hirsch (Taxi) dans le rôle du policier Dominick Delvecchio. Le producteur Steven Brochco, connu pour Hill Street Blues et NYPD Blue s'essayait une première fois à produire une série policière très réaliste, pour se démarquer des séries héroïques habituelles où le personnage principal fait presque figure de saint. Mais on est alors en 1976, et c'est peut-être trop tôt; la série ne rencontre pas la faveur du public et est retirée des ondes après une seule saison sur CBS. L'épisode présenté ici, "Licensed to Kill" raconte les efforts de Delvecchio pour empêcher deux frères, amis de la famille, de se faire justice eux-mêmes en éliminant le charlatan responsable de la mort de leur jeune sœur. Le médecin est joué par John Hillerman (Magnum P. I.). Le sujet (le danger des médecines alternatives) devait être assez nouveau à l'époque.

De toutes les séries présentes dans la collection, "Gideon Oliver" est celle qui a duré le moins longtemps. Cinq épisodes de deux heures ont été réalisés seulement. Il s'agit pourtant d'une très bonne émission mettant en vedette le talentueux Louis Gossett Jr. Son personnage est un professeur d'anthropologie à l'université Columbia, souvent impliqué en tant qu'expert dans des enquêtes policières. Dans l'épisode proposé ici, "Sleep Well, Professor Oliver", il décide d'enquêter lui-même sur le meurtre d'une amie et collègue. Il découvre que cette amie enquêtait secrètement sur une secte satanique dont faisait partie son gendre. Oliver se fait aider de sa fille, en tout cas pour cette enquête. Pour une série réalisée en 1989, "Gideon Oliver" est particulièrement bien filmée. Certains plans tiennent beaucoup plus du cinéma que de la télévision. De plus, le scénario est très solide et les dialogues particulièrement bien travaillés. Il est bien malheureux que cette série ait connu une fin aussi abrupte.

On peut dire exactement la même chose de la dernière série proposée, "Touching Evil". Présentée à la fin de la saison 2003-2004, elle ne fut pas renouvelée la saison suivante. Jeffrey Donovan interprète David Creegan, un policier ayant survécu à une attaque à main armée. Après un an d'arrêt, il réintègre le FBI à l'intérieur d'une unité qui se spécialise dans les cas urgents demandant une réponse immédiate. Son accident a rendu David très perspicace et très à l'écoute de son environnement et de son entourage. Ces pouvoirs extra-sensoriels l'aide à découvrir des choses que ses collègues ne perçoivent pas. Sa partenaire à l'intérieur de l'unité, Susan Branca, ne semble pas insensible à son charme, même si son côté désinvolte l'achale un peu. Dans l'épisode Présenté ici, "K", David et Susan tentent de démasquer un groupe de jeunes qui martyrisent des animaux, dans le but de s'endurcir pour pouvoir s'attaquer ensuite à des êtres humains. Ces "tueurs en formation" sont interprétés de façon redoutable par de jeunes comédiens que je ne connaissais pas, mais qui sont très convaincants. "Touching Evil" est la meilleure série comprise sur ce DVD, et elle aurait mérité une édition complète à elle seule.

Brilliant but Cancelled EZ Street

Je ne comprends pourquoi cette série qui n'a duré que neuf épisodes n'a pas été éditée dans son entier. Il s'agit d'une des séries policières les plus brillantes que j'ai vues. Écrite et réalisée par le Canadien Paul Haggis, dont le dernier film, Crash a reçu l'oscar du meilleur film cette année, cette série est d'une très grande richesse, tant dans sa texture que dans son contenu. On nous en propose ici trois épisodes, dont le pilote d'une durée de deux heures. "EZ Streets" met en vedette Ken Olin (Thirtysomething) dans le rôle de Cameron Quinn, un policier, indirectement responsable de la mort de son partenaire. Il doit s'infiltrer dans la bande du dangereux Jimmy Murtha. Outre le destin de ces deux personnages, on suit également les pérégrinations de Daniel Rooney, un ancien détenu, courtisé professionnellement par Murtha, mais qui tient mordicus à demeurer dans le droit chemin pour avoir le droit de revoir sa fille. Les personnages dans EZ Street, ont une profondeur psychologique rare pour une série télé. Bien que réalisée en 1997, cette série ressemble aux séries actuelles par sa qualité. Elle fut une espèce de précurseur pour The Sopranos et autres séries du même genre. La bande sonore est composée de chansons celtiques interprétées par Loreena McKennitt. Cette série installe une atmosphère très lourde et presque totalement sombre. On sent que quoi qu'il arrive, le Mal l'emportera toujours sur le Bien, ses moyens étant beaucoup plus élargis. Rien n'arrête un criminel, car pour lui tous les coups sont permis. Je crois que cette série était beaucoup trop en avant de son temps pour connaître le succès public. Par contre, les critiques de l'époque ne tarirent pas d'éloges à son égard et avec raison.

Universal a eu une très bonne idée en mettant sur pied cette nouvelle collection. J'espère qu'ils ne s'arrêteront pas là et que d'autres merveilleuses séries auront droit à une seconde vie. Malheureusement, aucun supplément n'est inclus sur les DVD. La qualité technique des épisodes est toutefois impeccable, même pour les séries plus anciennes. Je conseille particulièrement l'achat de "EZ Street". Les amateurs de télévision de qualité ne regretteront certainement pas cette acquisition.


Cotes

Film8/10
Présentation8
Suppléments-
Vidéo8/9
Audio7/9