Incorporated
Paramount Home Media Distribution / CBS DVD

Créateurs: David & Alex Pastor
Année: 2016
Classification: PG
Durée: 436 minutes
Ratio: 1.78:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51, DDST)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 3 (DVD-9)
Code barres (CUP): 032429271907

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Albert
6 août 2017

"Incorporated" est une série télévisée comme je les aime. Cependant, j'en avais entendu parler seulement lorsque Paramount Media en annonçait la disponibilité prochaine sur DVD... peut-être une raison pour laquelle la série a été annulée. Étant de ceux maintenant déconnectés de la câblodistribution au niveau de la télévision, si n'y a pas de pub sur le web, ou si ce n'est pas sur Netflix, il y a de bonnes chances qu'une série passe sous mon radar.

"Incorporated" nous amène dans un futur où le réchauffement de la planète a fait fondre les calottes polaires et inondé les côtes de tous les pays. Il y a maintenant des milliers de réfugiés climatiques qui cherchent à rejoindre le centre des continents. Les gouvernements font rien que constater le problème (comme durant les inondations ici). C'est finalement les grosses corporations qui se chargent de la situation. Aux États-Unis, c'est Spiga Biotech qui rend secours aux gens, mais les placent dans des camps de réfugiés appelés Zone Rouge. Seule l'élite se retrouve dans les Zones dites Vertes. Nous y rencontrons Ben Larson (Sean Teale) qui travaille pour Spiga. Nous découvrons vite qu'il est en fait un réfugié qui a pris une autre identité pour monter au travers des échelons sociaux afin de retrouver Elena Marquez (Denyse Tontz), la sœur de son ami Théo (Eddie Ramos) qui est toujours, pour sa part, dans la Zone Rouge. Elena est celle que Ben (de son vrai nom Aaron) aime vraiment. Dans sa vie alterne, il est tellement haut placé qu'il a pu marier la fille de la présidente Elizabeth Krauss (Julia Ormond). Il apprend que sa bien-aimée est dans un club pour hommes accessible par ceux qui ont le titre de "40e étage". Justement, il vient de se "faire une place" pour ce poste hautement en demande. Cependant, la compétition pour ce poste commence à le suspecter et lui cause des problèmes supplémentaires pour se rendre à ses fins. De l'autre côté, sa "femme de la Zone Verte", Laura (Allison Miller), qui est docteure, veut aider les gens, pas juste ceux qui ont de l'argent... mais sa mère ne veut pas! Au travers de cela, nous apprenons comment cette société fonctionne, soit par flashback, soit avec des publicités qui rappellent celles qui avaient été faites pour la famine de l'Éthiopie.

Tout le long de la série, on a peur que Ben se fasse prendre, surtout avec la technologie qu'il a lui-même inventée. Les personnages ne sont pas vraiment attachants, mais on prend pour eux, on veut qu'ils réussissent ou échouent dans leurs plans. Après les dix épisodes, on est mis au pied d'une conclusion en queue de poisson qui nous fruste totalement, sachant qu'il n'y aura pas de seconde saison. J'ai adoré la technologie déployée dans la série, les interfaces utilisateurs, la normalité des situations selon les zones. On a pris soin d'inventer un décor futuriste autant pour toutes les zones (même la pauvreté futuriste). J'aurais bien aimé en voir plus dans des saisons subséquentes. Il faut noter que la série a été sélectionnée pour "Meilleure série de télévision de science-fiction" pour un Saturn Awards, ce qui n'est pas rien alors que les autres nominés incluaient entre autres Westworld, The 100, The Expanse et Timeless (qui pour moi aurait dû gagner). Il est alors bien étrange de constater cette décision, surtout qu'il est à noter que Matt Damon et Ben Affleck sont les producteurs exécutifs de cette série.

Les qualités techniques des trois DVD de l'ensemble sont très bien. Du côté image, les couleurs sombres de la série y sont bien présentées, sans montrer de grisaille. Une résolution plus grande aurait été appréciée pour profiter des effets visuels, même si quelque fois trop synthétiques. L'audio est très bien. Le son vient principalement des haut-parleurs (les dialogues) avec, en ambiophonie, un peu de musique et des effets sonores futuristes qui sont un peu de trop!

Comme suppléments, il y a sur deux des trois disques quelques scènes retranchées. Sur le dernier disque, il y une série de bloopers et trois revuettes pas mal trop promotionnelles à mon goût. Les acteurs et la production parlent des personnages dans "Crisis Defines Characters", alors que c'est la techno qui est rapidement décrite dans "Good & Bad Future". La revuette "Have vs. Have Nots" est à propos de la différence entre les riches et les pauvres de la série alors que "Secrets & Lies" parle des secrets de toutes les sphères de la série. Il y a beaucoup d'extraits, très répétitifs, dans ces revuettes qui pourraient brûler les punchs si vous n'avez pas fini la série.

"Incorporated" est un peu prévisible, mais assez dosé pour nous tenir curieux sur la thématique d'une société dont le gouvernement est une énorme entreprise privée avec des moyens illimités.


Cotes

Film7
Présentation6
Suppléments5
Vidéo8
Audio7