Madam Secretary
Season 2
Paramount Home Media Distribution / CBS DVD

Créateur: Barbara Hall
Année: 2015-2016
Classification: PG
Durée: 996 minutes
Ratio: 1.78:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51, DDST)
Sous-titres: Anglais, Portugais
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 6 (DVD-9)
Code barres (CUP): 032429247377

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Albert
27 novembre 2016

"Madam Secretary" est certainement une des meilleures séries que j'ai vues l'an dernier. J'ai dévoré les épisodes de la première saison en un temps record et apprécié la majorité de ceux-ci. Évidemment, j'avais bien hâte de voir la suite, surtout à savoir si les personnages seront plus approfondis, si la série tiendra la route par rapport aux attentes des fans de la première heure. Cette seconde saison va au-delà de mes espérances. C'est WOW WOW WOW tout le temps. Même si vous n'aimez pas la politique, le mélange travail-famille (comme dans Blue Bloods) saura vous tenir bien divertis.

Justement, la famille ça ne va pas très bien lorsque mari et femme ne peuvent pas communiquer ce qu'ils font dans leur travail. Durant la première saison, la Secrétaire d'État Elizabeth McCord (Téa Leoni) partageait avec son mari Henry (Tim Daly) les problèmes du jour qui la tracassait. Ses connaissances en religion et en éthique étaient bien utilisées. Mais voilà que dans cette seconde saison il est appelé à être l'instructeur d'un espion à en devenir. Son travail est secret, même de la présidence. Il utilisera de beaux discours pour convaincre le capitaine Dmitri Petrov (Chris Petrovski) à travailler pour eux. Ça tombe bien, car ce dernier se retrouve assez facilement aux côtés de Maria Ostrova (Angela Gots), la veuve de l'ancien président de la Russie qui vient de prendre le pouvoir. Elizabeth sera mêlée à l'histoire d'Ostrova malgré elle. De plus, la bureaucratie empêche Henry d'acheminer des informations qui pourraient bien arrêter cette guerre et décider de passer outre ses patrons pour parler au vice-président, malgré qu'il n'ait pas le droit. Des actions du gouvernement font en sorte qu'Henry perde son espion et cela le hantera jusqu'à la fin de la saison. Autre les problèmes russes (qui incluent le piratage informatique d'Air Force One et une guerre en Ukraine), Elizabeth aurait à traiter des problèmes lors de la réouverture de l'ambassade à Cuba, des problèmes au Myanmar et au Pakistan, des photos compromettantes de sa fille avec le fils du président et bien sûr sa belle-famille. Elle sera même présidente des États-Unis pour quelques heures (une intéressante perspective)! Pas étonnant qu'elle soit si fatiguée et à bout de souffle.

On aime son équipe d'employés dans son bureau et cette saison-ci, on apprend à les découvrir. Nadine Tolliver (Bebe Neuwirth) est certainement ma préférée, mais on n'apprend pas tellement sur son cas pour le moment, tout comme avec son assistant personnel Blake Moran (Erich Bergen). La coordinatrice de presse Daisy Grant (Patina Miller) est presque un livre ouvert, mais ses attentes et ce qu'elle dit sont un peu contradictoires. Matt Mahoney (Geoffrey Arend), l'écrivain de discours de la Secrétaire d'État nous en fera beaucoup apprendre sur lui et son métier. C'est quand même le conseiller politique Jay Whitman (Sebastian Arcelus) qui m'a le plus touché avec son histoire.

Tout comme avec The Americans, j'ai pu pratiqué mon russe (je suis en train d'apprendre la langue comme défi personnel) avec l'arc russe qui comprend bien sûr la froide Maria Ostrova et le jeune Dmitri Petrov en plus de la triste histoire d'Anton Gorev (Yorgo Constantine), un ami des McCord, mais aussi le ministre des Affaires étrangères de Russie, qui demande une faveur bien personnelle à ses amis, sachant que la fin est proche pour lui. Ces segments sont bien sous-titrés et ne causent aucun problème à suivre l'histoire. Tout comme la première saison, la seconde nous arrive exclusivement sur format DVD qui, malgré tout, nous offre une image très correcte, dénudée d'artefact de compression, avec une palette de couleurs peu éclatante, voire très politique. La piste sonore continue de se centrer vers l'avant puisque la majorité de son contenu est composé de dialogues accompagnés d'une légère musique presque invisible durant les transitions, rien de plus.

Comme pour la saison précédente, nous avons une bonne quantité de suppléments, D'abord, il y a des scènes retranchées distribuées sur les disques pour quelques épisodes, suivi de quatre revuettes sur la production. Il y a d'abord un format questions-réponses offert dans la revuette "Times Talks" où un animateur pose des questions aux gens présents (Tea Leoni, Morgan Freeman, Tim Daly, Lori McCreary et Barbara Hall) qui passe de la source du personnage dans la réalité, les scénarios et le tournage avec Madeleine Albright. Ce trois-quarts d'heure bien intéressants est suivi par "Season Two Guest Stars" qui liste les personnes connues que l'on aurait peut-être (probablement) manquées dans chaque épisode (Morgan Freeman, Eric Stoltz, Madeleine Albright, ... pas tant que ça). La revuette "Politics Unveiled: A Look at the Second Year" parle des idées des scénarios. J'ai trouvé que ça parlait encore trop de Madeleine Albright qui a été couverte pour les mêmes items dans les autres revuettes. Finalement, "A Tour of the Oval Office" nous propose une tournée du puissant bureau du président par l'acteur qui Keith Carradine (qui joue le président Conrad Dalton) qui est bien plus détendue que les précédentes revuettes.

Le poste de Secrétaire d'État a été rempli par des personnages importants tels que Thomas Jefferson, John Quincy Adams, James Madison, William H. Seward, Hamilton Fish, Charles Evans Hughes, George C. Marshall, Dean Acheson, Henry Kissinger, Madeleine Korbel Albright (qui fait cameo dans la série), Colin Luther Powell, Condoleezza Rice, Hillary Rodham Clinton et depuis quelques 2013 John Kerry est le 68e à y siéger. Leur travail est important au niveau de tout ce qui implique la politique étrangère (immigration, passeport, négociations avec les pays étrangers et bien sûr conseiller au président). La série est une petite fenêtre sur ce travail assez essoufflant qui se passe généralement sans que le peuple américain s'en aperçoive... ce qui fait un peu peur pour l'avenir, car c'est le président qui appointe une personne à ce poste. Présentement, il y a un débat assez public (habituellement c'est sous portes closes) sur qui s'arrêtera le choix du président désigné Trump (les candidats seraient Rudy Giuliani, Mitt Romney, David Petraeus, Bob Corker et le général de la marine John Kelly). C'est certain que ce genre de débat doit faire partie de la prochaine saison avec le choix qu'Elizabeth McCord termine dans cette seconde saison!


Cotes

Film8
Présentation7
Suppléments6
Vidéo8
Audio7
-->