Madam Secretary
Season 3
Paramount Home Media Distribution / CBS DVD

Créateur: Barbara Hall
Année: 2016-2017
Classification: PG
Durée: 991 minutes
Ratio: 1.78:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51, DDST)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 6 (DVD-9)
Code barres (CUP): 032429278302

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Albert
29 décembre 2017

J'ai passé seize heures avec Téa Leoni qui tient la vedette d'une des meilleures séries politique des derniers moments. La saison trois de "Madame Secretary" débute alors qu'Elizabeth McCord (Téa Leoni) est sur le point d'être nommée vice-présidente pour accompagner la candidature présidentielle de Conrad Dalton (Keith Carradine). Dès le très fort premier épisode, quelques mots ici et là d'Elizabeth (mentions qui opposent à la ligne du parti) envoient le président vers une campagne comme les gens bien-pensants le voudraient, mais son propre parti n'en veut rien. Plutôt voter pour un incompétent que d'aller de l'avant avec une toute nouvelle politique. On est en dégringolade, alors aussi bien léguer de bonnes idées que de partir la tête basse. Mais l'environnement n'est pas la seule préoccupation d'Elizabeth alors que des problèmes éclatent en Algérie, dans la mer du sud de la Chine, au Venezuela, l'Iran et Israël, un cheval de Mongolie, un mariage colombien, avec les Russes, au Sudan et dans un mémo de dissidence du Bureau des affaires africaine.

Le chef de cabinet Russell Jackson (Željko Ivanek) tente de son côté de rétablir le statut des grands donateurs du président maintenant qu'il joue seul dans son coin et tout le tralala stressant de son emploi, dont avoir Stevie McCord (Wallis Currie-Wood), la fille d'Elizabeth comme stagiaire. Heureusement qu'elle était là, car Stevie a pu lui prodiguer les premiers soins suite à un arrêt cardiaque. Parlant de vie stressante, on voit un peu plus celle de Jay Whitman (Sebastian Arcelus), alors que sa femme veut le divorce et qu'il est kidnappé en France. Il y a aussi un épisode intéressant alors que l'on suit Blake Moran (Erich Bergen) dans une journée dans sa vie très occupée de secrétaire de la Secrétaire d'État. Il y a aussi de l'action dans la famille McCord. Son mari, Henry (Tim Daly), se fait demander par le DIA de joindre les rangs d'un groupe anti-terroristes visant particulièrement Hizb al-Shahi. Pour sa part, il veut que ceux-ci protègent les antiquités religieuses de cette région. Il est envoyé un peu partout, même en Israël pour intercepter une arme biologique. Au travers de cela, nous sommes spectateurs de la vie de leurs enfants où les activités sont aussi dramatiques qu'à la Maison-Blanche, spécialement lorsque leurs ordinateurs personnels sont piratés!

Des fois, le drame est tellement présent que le monteur de la série peut attendre jusqu'à la moitié d'un épisode pour lancer les courts crédits d'ouverture. Je trouve cela absolument fascinant! J'adore l'approche, souvent peu orthodoxe, qu'Elizabeth prend pour arriver à ses fins sans froisser les autres partis de la négociation. Le jeu de coups chiens entre elle et le Ministre des Affaires étrangères chinoises Chen (Francis Jue) est absolument délicieux. Il y a au moins quatre de ces épisodes avec Chen cette saison-ci dont une dans l'épisode "The Detour" qui se passe en Afrique (dans les aéroports du moins). La Secrétaire fait aussi un autre genre de détour en soulignant le harcèlement sexuel dans l'épisode "Break in Diplomacy" par le nouveau président des Philippines Datu Andrada (Joel de la Fuente) bien avant le début du mouvement #MeToo en octobre dernier. Après trois saisons, je trouve que chaque acteur est parfait dans son rôle. On ressent le développement des personnages, autant par les scénaristes que les acteurs, est impeccable. Nous avons entre autres plus de détails de la vie de Matt Mahoney (Geoffrey Arend) et Daisy Grant (Patina Miller), de l'équipe de presse de la secrétaire. Matt a eu quelques occasions de souligner qu'il n'était pas juste là pour remplir le quota des minorités.

L'ensemble DVD continue à plaire comme pour les saisons précédentes. La piste sonore, centrée vers l'avant, offre une clarté désirée pour bien entendre les dialogues qui peuvent changer la donne d'une scène à l'autre. Le visuel propose une image en définition standard pas trop compressée avec un niveau de détail pas trop négligeable. Il y a cependant beaucoup moins de suppléments que la précédente saison (qui était vraiment exceptionnelle à ce niveau). Mis à part des scènes retranchées et allongées, il y a la revuette "A Day In The Life: Inside Look at Madam Secretary". De façon humoristique, un assistant de la production nous fait passer dans les couloirs où la série est tournée. Certainement rafraîchissant et pas du tout promotionnel!

Avec une quatrième saison en cours sur les ondes télévisuelles, il est certain que les aventures politiques de Téa Leoni ne sont pas terminées et me donnent hâte de passer bien d'autres heures en sa compagnie. Probablement que le Secrétaire d'État actuel des États-Unis, l'ex-président d'ExxonMobil Rex Tillerson (appointé par Donald Trump), sera la source que quelques histoires de cette saison-là.


Cotes

Film8
Présentation7
Suppléments4
Vidéo8
Audio7