The Adventures Of Robin Hood
Season 3
Mill Creek Entertainment

Créateur: Lew Grade
Année: 1957
Classification:
Durée: 960 minutes
Ratio: 1.33:1
Anamorphique: Non
Langue: Anglais (Mono)
Sous-titres:
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 3 (DVD-9)
Code barres (CUP): 683904506962

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Simon Bergeron
26 mai 2009

Robin des bois... Prince des voleurs, héros en collants, et bientôt, sous la tutelle du légendaire Ridley Scott, revivra sur nos écrans sous les traits de Russell Crowe (qui devait originalement interpréter le rôle-titre et sa Némésis, le shérif de Nottingham)... mais avant tout ce déferlement d'action, de comédie et de choses à venir, il y avait Richard Greene pour revêtir les habits du célèbre défenseur des pauvres, un des premiers symboles du peuple opprimé dans une société davantage corrompue... que voulez-vous? On ne nomme pas cette période "les années sombres" pour rien.

Ici, cependant, on ne prend pas les choses si au sérieux, sous le couver de l'humour pour cacher les propos "sérieux"... On assiste à un déferlement de personnages unidimensionnels qui sont soit méchants soit gentils. Le Shériff (joué par Alan Wheatley) est donc un symbole du commercialisme, de la surconsommation, et la plupart du temps, pense à faire plus d'argent ou attraper Robin des Bois. Richard Greene est très à l'aise dans la peau du personnage-titre. À noter, tous les épisodes se terminent sur les personnages éclatant de rire... on n'est définitivement plus de la même époque, mais Dieu que ça fait du bien de voir ça.

Les costumes, les décors, les dialogues, tout est kitch au possible, mais tout est joué avec une certaine crédibilité qui confère une aura positive et indélébile à la série. La caricature de l'ensemble est telle qu'on se sent exclu à priori (sauf pour ceux qui ont eu la chance de voir les épisodes lors de leurs premières diffusions), regardant avec une nostalgie certaine au cœur, une époque révolue se dérouler sous nos yeux. On ne compte plus le nombre de plans machiavéliques du Shérif de Nottingham qui ont foiré, ni les combats à l'épée chorégraphiés de manière peu crédible. Mais qu'à cela ne tienne, le spectacle final parvient toujours à faire opérer la magie, et ce, sans le moindre effet spécial moderne, se relayant sur les performances caricaturées, les décors naturels dénués de technologie, etc.

Côté visuel, c'est bien, mais il y a beaucoup de compression et donc beaucoup de détails perdus et de mouvements flous, une pixellisation un peu exagérée et un noir et blanc qui vire souvent entre le vert, le magenta ou un amalgame des deux. Pas l'image la plus stable, mais la plupart du temps, absente de défauts tels les égratignures ou les artefacts habituels d'une si vieille série. J'ignore si on a utilisé le même procédé tel que mentionné par mon collègue lors d'une critique précédente, mais ça fonctionne. L'audio n'est pas à son meilleur non plus puisque l'on entend rapidement les problèmes auditifs: friture, éclatements minimes... quoi qu'il en soit, c'est déjà pas si mal. Pour les menus, c'est presque pareil à la couverture: un collage minime (on voit plus de ciel sur le menu), une sélection de choix: jouer tout ou sélectionner un épisode, accompagné de la musique thème de la série. L'autre page est muette en plus d'être fixe.

Le tout devait être très divertissant pour les enfants de l'époque... Même mon père n'a pu s'empêcher de m'en parler lorsqu'il a vu le coffret à côté de l'ordinateur. Si ça traverse les années aussi bien, et ce, malgré une bande son française absente et tout sous-titre, vous devriez trouver votre compte avant le prochain Ridley Scott.


Cotes

Film7
Présentation4
Suppléments-
Vidéo5
Audio4