Private Eyes
Season One
Entertainment One Films

Créateurs: Tim Kilby, Shelley Eriksen
Année: 2016
Classification: G (QC)
Durée: 440 minutes
Ratio: 1.78:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51, DD20)
Sous-titres: Anglais
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 3 (DVD-9)
Code barres (CUP): 774212720864

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Martin Ducharme
28 août 2017

Après avoir connu la gloire avec la série Beverly Hills 90210, le comédien Jason Priestley a vu sa carrière parsemée de plusieurs embuches. Bien qu'il fît des apparitions remarquées dans des productions telles que Tru Calling et Call me Fitz, celles-ci furent néanmoins cancellées après deux saisons. Heureusement pour lui, sa carrière pourrait reprendre du lustre avec sa nouvelle série intitulée "Private Eyes". D'autant plus que celle-ci réussit depuis le premier épisode à récolter des cotes d'écoutes plus qu'honorables en Ontario.

La production raconte les aventures de Matt Shade, un ex-joueur de hockey professionnel, nouvellement devenu détective privé. Par l'entremise de son association avec Angie Everett, ce dernier tentera non seulement de résoudre ses enquêtes dans les rues de Toronto, mais également remettre de l'ordre dans sa vie.

Sans être révolutionnaire dans sa forme, la série "Private Eyes" s'avère amusante à découvrir. Tout en proposant une trame et une facture visuelle similaire à Bones et à Castle, cette production mélange avec efficacité le drame policier à comédie. Par contre son succès repose avant tout sur la complicité des comédiens ainsi que l'originalité de ses enquêtes. Contrairement du côté américain, "Private Eyes" ne se contente pas d'affaires de meurtres. Elle traite de sujet plus varié tel que le marché de la drogue au niveau sportif, le kidnapping et l'extorsion. Toutefois, le tout n'est pas parfait en soi puisque les scénarios ne sont pas toujours bien ficelés. Par ce fait, on peut trouver par moment que les enquêtes prennent des détours inutiles pour être résolus. Sans compter que l'on devine rapidement l'identité des coupables et leur motif ce qui atténue quelque peu notre plaisir. C'est pourquoi nous espérons une seconde saison avec des scénarios mieux développer qui pourra non seulement rendre celle-ci plus surprenante, mais également meilleure.

Du côté technique, la première saison de la série "Private Eyes" se démontre excellente dans son ensemble. À la fois parsemé d'une magnifique palette de couleurs ainsi qu'une reproduction bien menée des détails, le tout réussit parfaitement à correspondre à nos attentes. Du côté son, la piste sonore accompagne très bien la folie projetée à l'écran. Munies d'une excellente reproduction des dialogues ainsi qu'une très grande diversité de sons ambiants, les aventures de nos détectives semblent réussies à recréer avec naturel les rues de Toronto. La section des suppléments nous propose tout d'abord des entrevues ainsi qu'un court documentaire à saveur publicitaire. Le tout se conclut par un vidéoclip de la chanson thème de la série.

Sans révolutionner les séries policières, "Private Eyes" demeure très divertissant grâce à ses comédiens principaux ainsi que ses enquêtes un peu plus originales à celles que nous sommes habituées. À découvrir si vous êtes un amateur des séries Bones et Castle.


Cotes

Film7
Présentation8
Suppléments5
Vidéo9
Audio9