3:10 to Yuma
Sony Pictures Home Entertainment

Réalisateur: Delmer Daves
Année: 1957
Classification: PG
Durée: 92 minutes
Ratio: 1.85:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (Mono), Français (Mono)
Sous-titres: Anglais, Français
Nombre de chapitres: 12
Nombre de disques: 1 (DVD-5)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Daniel Cyr
25 août 2007

La nouvelle édition DVD de "3:10 to Yuma" offre un peu plus que l'édition précédente, parue le 2 avril 2002. Tout d'abord, une bande audio monophonique en français est maintenant disponible, ce qui n'était pas le cas auparavant, et ensuite, deux bandes-annonces, celle de 1957 ainsi de son récent remake réalisé par James Mangold, avec en vedette Russell Crowe et Christian Bale, qui sortira au grand écran le 7 septembre prochain.

"3 :10 to Yuma" est l'un des meilleurs westerns du septième art. Tiré d'une courte histoire du romancier Elmore Leonard, cette aventure extraordinaire a été transposée sur pellicule par le réalisateur et poète Delmer Daves, pour qui l'Ouest est une inépuisable source d'inspiration. L'acteur Van Heflin (Dan Evans) joue ici le rôle du fermier, un personnage qu'il avait admirablement abordé dans le classique Shane, mais cette fois-ci, il l'interprète avec beaucoup plus de consistance; nous avons le sentiment de voir un homme qui semble s'être fixé presque à regret sur cette terre aride où l'eau vaut beaucoup plus cher que l'or. Pauvre et isolé, la vie de fermier n'est pas toujours facile dans cet environnement désertique. Le comédien d'origine québécoise Glenn Ford incarne quant à lui, Ben Wade, le hors-la-loi au grand cœur; il est un tueur au sang froid, mais avec beaucoup d'humanisme en lui. Ce paradoxe rend ce personnage complexe et attachant.

Le synopsis de cette aventure est simple: Ben Wade et sa bande pillent l'or d'une diligence. Mais Wade s'attarde dans un bar et il est capturé sur le témoignage de Dan Evans, témoin oculaire de ce vol. Il faut alors trouver des volontaires pour convoyer Ben Wade jusqu'à Contention City d'où part le train de 3h10 pour la prison de Yuma. Seul, Dan Evans accepte de le conduire à destination, pour la somme de deux cents dollars ... Si Dan Evans accepte pour de l'argent, il le fait surtout pour prouver à ses enfants qu'il peut être un héros qui ne déroge pas à ses convictions d'honnêteté et de droiture. Très rapidement s'installe une guerre des nerfs alors que les deux hommes attendent le train dans un hôtel. Seront-ils en mesure de prendre le train à l'heure convenue? L'adaptation par le scénariste Halsted Welles du roman d'Elmore Leonard met ici en valeur les tensions et les conflits psychologiques des personnages. Nous retrouvons aussi des éléments du film noir classique de cette époque créant du même coup un suspense à couper le souffle. L'action dans le film se concentre autour de ce labyrinthe urbain que doivent emprunter Evans et Wade de la chambre d'hôtel à la gare.

D'une profonde sensibilité dans les rapports entre les personnages, le film de Delmer Daves l'est également par l'image. Beaucoup de fans de westerns vont très certainement faire un lien avec le film de 1959 du metteur en scène John Sturges, The Last Train from Gun Hill, où nous vivons une attente interminable du train. Le héros, qui tient en otage le scélérat à l'hôtel, est assiégé par des cow-boys qui veulent l'empêcher de quitter la ville avec son prisonnier. Toutefois, les deux histoires sont différentes et c'est tant mieux. Tourné à Sedona en Arizona, "3:10 to Yuma" sera nominé pour deux récompenses en 1958, un BAFTA (l'équivalent des Oscars en Grande-Bretagne) et un Golden Laurel Award de la meilleure vedette masculine de film d'action pour Van Heflin.

Les contrastes de la splendide photographie en noir et blanc de Charles Lawton Jr sont ici majestueusement mis en valeur. La définition est stupéfiante. Cependant, quelques défauts demeurent: un léger fourmillement, des points ici et là, mais dans l'ensemble l'image est impeccable et exceptionnellement somptueuse. La bande-son monophonique anglaise et française se montre elle aussi parfaite : pas de parasites, des dialogues intelligibles du début jusqu'à la fin, une parfaite intégration de la musique et des bruits d'ambiance. D'ailleurs, la chanson thème interprétée par l'inoubliable Frankie Laine est pour ma part un petit bijou.

Si vous n'êtes pas un amateur du genre, mais friand d'histoires policières et d'aventures regorgeant d'action, de suspense et d'intrigue, "3:10 to Yuma", ce surprenant western vieux de 50 ans, vous enchantera du début à la fin.


Cotes

Film8
Présentation1
Suppléments1
Vidéo8
Audio5