The Alamo
MGM Home Entertainment

Réalisateur: John Wayne
Année: 1960
Classification: G
Durée: 162 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD51), Français (DDST), Espagnol (Mono)
Sous-titres: Anglais, Français, Espagnol
Nombre de chapitres: 32
Nombre de disques: 1 (DVD-9)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Daniel Cyr
21 avril 2004

En 1836, le Texas est gouverné par un dictateur mexicain, le général Santa Anna. Au fort Alamo, cent quatre-vingt-cinq révolutionnaires américains et mexicains, dirigés par le colonel William Travis (Laurence Harvey) et Jim Bowie (Richard Widmark), et comptant sur le coup de main de Davy Crockett (John Wayne), tiendront tête durant treize jours aux sept mille soldats de l'armée du Mexique. Ils attendront en vain le renfort de l'armée du général Sam Houston (Richard Boone). Le dimanche 6 mars au matin, l'attaque sera sanglante et tous seront massacrés!

MGM remet sur le marché l'un des grands films épiques du cinéma américain des années soixante, "The Alamo". Cette réalisation signée John Wayne étonne par sa qualité cinématographique et sa direction artistique surtout qu'il en était à ses tout premiers pas derrière la caméra. Il rêvait depuis belle lurette à mettre sur pellicule l'histoire de cette bataille où des hommes donnèrent leurs vies pour la liberté. Ainsi, durant près de quatorze ans, John Wayne ramassa les fonds nécessaires à la réalisation de son projet. En 1960, son rêve devenait réalité... avec un budget faramineux pour l'époque de douze millions dollars, il se jeta corps et âme dans cette fabuleuse histoire américaine. Malgré une nervosité bien évidente, l'acteur de métier était apparemment calme, mais une cigarette n'attendait pas l'autre, il était toujours très précis dans ses directives et très compréhensif envers les autres acteurs. Il a su s'entourer de personnes de talents capables d'amener à bon port le bateau sans qu'aucune avarie ne vienne mettre en danger cette grande traversée.

La chorégraphie des combats est époustouflante et de toute beauté, John Wayne explore toutes les facettes du métier avec ses plans rapprochés, plans d'ensemble, plans américains, plans en plongés et en contre-plongés et les travellings latéraux, avant et arrière. Nous pouvons facilement remarquer l'influence de son mentor John Ford dans sa façon de diriger... la mise en scène devient l'objet d'une organisation stratégique. La caméra cerne un lieu, l'étudie longuement. Les batailles sont soigneusement chorégraphiées. La mise en scène de John Wayne est classique et très structurée. La musique de Dimitri Tiomkin donne beaucoup de charisme aux images.

Les cascades de "The Alamo" sont parmi les plus spectaculaires du septième art... Le spécialiste et réputé cascadeur Chuck Haywood impressionne par ses pirouettes et ses hautes voltiges tout au long du film. La pièce maîtresse de cette production est sans aucun doute la scène où le capitaine William Travis est devant la porte du fort, pistolet à la main et visant un cavalier mexicain (Chuck Haywood) qui fonce vers lui. Au coup de feu du pistolet, le cavalier au galop fait une culbute arrière et tombe violemment au sol.

Au niveau de la qualité de l'image, la netteté y est irréprochable, tandis que l'excellente définition nous laisse pleinement voir les détails même les plus subtils. Les couleurs affichent une belle saturation qui étonne et met en valeur tout le soin apporté à la mise en scène artistique. Les couleurs des costumes des soldats mexicains sont de toute beauté et réellement mis en valeurs. Les tons de peau sont justement reproduits. Le niveau des noirs est parfaitement ajusté, les noirs sont solides et profonds et les scènes tournées en soirée sont admirablement claires et bien détaillées.

Les dialogues sont quant à eux bien intégrés à l'espace sonore et toujours intelligibles. La trame sonore de Dimitri Tiomkin est une merveille à nos oreilles, elle accompagne extraordinairement les images de cette auguste production, qui remporta d'ailleurs le Golden Globe de la meilleure musique de film. Et que dire de la divine chanson "The Green Leaves of Summer" écrite et interprétée par Paul Francis Webster... elle est pour ma part l'une des plus belle chanson jamais entendue au cinéma.

Après les fleurs voici le pot qui va directement à la MGM qui d'une façon trompeuse fait accroire au public une nouvelle version du film de John Wayne avec la présentation d'une jaquette un peu plus fraîche pour ce DVD. Il n'en n'est rien! Il existe en VHS et en laserdisc, la version inédite restaurée du montage original du réalisateur de 202 minutes (que je possède) au lieu des 162 minutes présenté sur ce DVD. Il est dommage que la MGM ait agi ainsi et dupé en quelque sorte le consommateur puisque c'est tout à fait le même produit que le DVD sorti en décembre 2002 avec une autre jaquette.

En ce qui touche les suppléments, vous trouverez un excellent documentaire de 40 minutes intitulé: "John Wayne's The Alamo Documentary" où plusieurs intervenants dont Happy Shahan propriétaire du village d'Alamo, Michael Wayne assistant producteur et fils du célèbre acteur, Alfred Ybarra directeur artistique du film, ainsi que les acteurs Ken Curtis, Frankie Avalon, Hank Worden et Linda Cristal qui viennent nous expliquer avec l'aide de film d'archives des anecdotes savoureuses lors du tournage de "The Alamo". À l'intérieur de ce documentaire, on nous présente une émission de télévision promotionnelle en noir et blanc "Spirit of Alamo" avec John Wayne comme présentateur et Laurence Harvey... Enfin, une bande-annonce meuble adéquatement les compléments à ce DVD.

Même si "The Alamo" n'est pas un chef-d'œuvre cinématographique et qu'il contient un bon nombre d'erreurs historiques à propos de cette légendaire bataille, il n'en demeure pas moins qu'il vaut véritablement la peine de se le procurer puisqu'il est considéré encore aujourd'hui comme l'un des très grands classiques du cinéma.


Cotes

Film7
Menu5
Suppléments5
Vidéo7
Audio7