Bandidas
Christal Films Distribution

Réalisateurs: Joachim Roenning, Espen Sandberg
Année: 2006
Classification: G (QC)
Durée: 92 minutes
Ratio: 2.35:1
Anamorphique: Oui
Langue: Français (DD51, DD20)
Sous-titres:
Nombre de chapitres: 12
Nombre de disques: 1 (DVD-5)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Robert Bélanger
31 mai 2007

Pitounes, décolletés plongeants et fusils. Quand on transpose ça dans l'univers du western, ça donne le Viva Maria (1965) de Louis Malle avec Brigitte Bardot et Jeanne Moreau ou encore Les Pétroleuses (1971) de Christian-Jaque avec madame Bardot et Claudia Cardinale. Des films plutôt nuls, mais qui réussissaient bien mieux que le catalogue Sears (riez pas, l'internet n'existait pas) à titiller les sens de l'adolescent que j'étais, particulièrement dans le second cas. Admettons qu'on veuille répéter l'exercice aujourd'hui, on doit tout d'abord choisir nos deux plantureuses déesses tout en s'assurant qu'elles n'aient pas l'air trop folles dans un western et que leur talent ne se limite pas à une lettre (ou deux), genre 'D' (ou deux). Ce n'est pas le choix qui manque! Hummm, Natalie Portman et Kiera Knightley! Pas mal, mais y'a pas grand monde au balcon et y'a des limites à ce qu'une Wonder Bra peut accomplir. Ok, Angelina Jolie et Uma Thurman! Beaucoup mieux, ces dames ont démontré qu'elles pouvaient botter le cul des méchants, mais malheureusement, il manque une petite touche d'exotisme. Salma Hayek et Penelope Cruz! Ben voilà, et en plus l'intrigue se déroule au Mexique et nos deux sulfureuses brunettes sont d'origine hispanophone!

En 1848, une institution financière de New York veut construire un chemin de fer au Mexique. Pour y arriver, elle achète de petites banques autour de Santa Rita et de Durango, et exproprie les fermiers qui peinent à effectuer les paiements sur leurs propriétés. Jackson (Dwight Yoakam), le vilain de service chargé de la sale besogne, se butera à Maria (Penelope Cruz), une fougueuse fille de paysan, et à Sara (Salma Hayek), éduquée en Europe et fille d'un riche banquier local. Par vengeance et pour subvenir aux besoins de leurs concitoyens démunis, les deux femmes feront équipe et deviendront voleuses de banques, au grand dam de Jackson qui les poursuit sans relâche.

Co-écrit par Luc Besson et Robert Mark Kamen, et réalisé par deux inconnus, Joachim Roenning et Espen Sandberg, "Bandidas" est aussi prévisible que convenu, mais heureusement le film ne se prend pas du tout au sérieux. Le rythme enlevé, l'humour et une complicité évidente entre les deux actrices arrivent presque à nous faire oublier la minceur du scénario et des personnages, et un récit truffé de clichés et de stéréotypes. Le film joue à fond la carte du tandem mal assorti qui se tape sur les nerfs au départ, mais se verra forcé de collaborer et finira par nouer une réelle amitié malgré les différences. Les échanges incisifs entre les deux femmes font souvent sourire et elles possèdent un excellent timing pour la comédie. L'atmosphère rappelle le vaudeville et tout est mis en place pour mettre les deux protagonistes en valeur. Ça va de la scène où nos apprenties hors-la-loi subissent un entraînement choc et effectuent des "push-ups" dans l'eau, à l'inévitable séquence de bagarre et de tirage de cheveux (dans une église), jusqu'à la scène émoustillante où, déguisées en filles de joie, elles pratiquent l'art du baiser sur Steve Zahn (en policier maladroit qui leur viendra en aide) attaché en sous-vêtements sur son lit. Ah le chanceux. Malheureusement pour nous, elles ne s'aimeront jamais assez pour nous offrir un moment plus saphique. Zut.

Cette édition offerte par Christal Films est axée sur le minimalisme. Le transfert anamorphosé est agréable, l'image est claire, dénuée d'imperfections et la palette de couleurs est riche, mais il s'agit vraisemblablement d'une source de format PAL convertie directement en NTSC. Les arrière-plans sont parfois flous et on aperçoit un léger dédoublement de l'image ("ghosting") lors des scènes d'action, ainsi qu'un problème d'accentuation des contours. Ce n'est pas dramatique, mais ceux qui possèdent des téléviseurs ou des écrans surdimensionnés noteront certainement ces faiblesses. Côté audio, la piste originale est absente et les deux pistes proposées sont doublées en français. L'environnement sonore est adéquat sur la piste en Dolby Digital 5.1, mais l'équilibre entre la musique, les effets sonores et les dialogues est déficient. Ces derniers semblent enregistrés trop fort et souffrent d'un problème d'écho. Côté présentation, les images ornant le boîtier sont aussi fades que les menus. Aucun supplément n'est offert sur cette édition, mais quelques bandes-annonces précèdent le film.

Divertissement vite vu vite oublié, "Bandidas" aurait tout de même mérité un meilleur traitement technique et une édition plus musclée. À louer un jour de pluie, si vous n'avez ni l'internet, ni de catalogue Sears. Quoiqu'il y a pire dans la vie, que de passer 90 minutes avec Salma Hayek et Penelope Cruz.


Cotes

Film4
Présentation3
Suppléments-
Vidéo7
Audio6