Broken Lance
20th Century Fox

Réalisateur: Edward Dmytryk
Année: 1954
Classification: NR
Durée: 96 minutes
Ratio: 2.35:1 / 1.33:1
Anamorphique: Oui
Langue: Anglais (DD40), Espagnol (Mono), Français (Mono)
Sous-titres: Anglais, Espagnol
Nombre de chapitres:
Nombre de disques: 1 (DVD-10)

Ce DVD est disponible chez: Amazon.ca

Selon Daniel Cyr
10 mai 2005

"Broken Lance" est l'adaptation en western du polar de Joseph L. Mankiewicz intitulé House of Strangers où Edward G. Robinson jouait le rôle du père tyrannique exerçant son autorité sur ses enfants. Cette fois-ci, c'est Spencer Tracy qui est ce fameux père dominateur et qui par son attitude provoquera une guerre fratricide entre ses fils. À lui seul, il sauve le film... d'une extraordinaire froideur, il campe ici un personnage intransigeant plus vrai que nature avec une rare puissance. Cet acteur aux mille talents représente pour moi l'excellence. Lorsque vous voyez un film mettant en vedette cet illustre acteur qu'était Spencer Tracy, vous vivez alors le plaisir de voir une magie apparaître sous vos yeux.

La réalisation d'Edward Dmytryk n'est vraiment pas à la hauteur du scénario, il n'a pas su transposer avec efficacité cette histoire fort intéressante. Pourtant, il avait tous les éléments pour faire de ce western un classique du genre. Malheureusement, Dmytryk a une fois de plus bâclé son travail mollasson où les scènes d'action sont souvent ineptes et où l'ensemble de son œuvre manque essentiellement de vigueur et de force dramatique. Malgré une distribution fascinante: Richard Widmark, Robert Wagner, Jean Peters... les acteurs apparaissent prisonniers d'un carcan rigide imposé par un réalisateur qui aurait dû donner un peu plus de liberté à ses interprètes, ce qui à mon humble avis aurait pu donner quelque chose de plus fascinant.

Malgré ma critique légèrement négative à l'endroit de ce film, "Broken Lance" remporta l'Oscar de la meilleure histoire originale pour le cinéma qui fut décerné à Philip Yordan et de son côté Katy Jurado reçu une nomination pour son rôle de soutien de Señora Devereaux où elle est particulièrement sublime dans la peau d'une femme indienne.

Curieusement sur la bande-son française de ce DVD, plusieurs scènes deviennent momentanément en anglais sous-titrées en français. J'ignore la véritable raison de cet ennui passager, mais j'ai toutefois une petite théorie qui en vaut bien d'autre, je crois que lors de la traduction en français de la version anglaise de ce long-métrage, es fameuses scènes furent ajoutées bien des années plus tard et ne furent jamais intégrées sur la version française de l'époque. Donc, lors de la gravure de ce DVD, la Fox, n'ayant pas à sa disposition une bande sonore dans la langue de Molière sur lesdites scènes, a décidé tout simplement de procéder ainsi.

L'interpositif est propre, n'affichant que quelques rares parasites. La définition générale de l'image est excellente, avec des textures bien reproduites et des détails finement rendus. Les couleurs sont justes et correctement saturées. L'étalonnage de couleurs est constant. Les tons de peau paraissent naturels. Le niveau de noir est correctement ajusté, alors que les contrastes sont bien contrôlés. Vous avez le choix de regarder ce film soit en format panoramique ou plein écran.Le dynamisme de la bande-son anglaise 4.0 est bon, alors que la spatialité sur les autres bandes-son est plutôt limitée. Le champ sonore se déploie en grande partie des enceintes avant, avec quelques effets stéréophoniques pour ponctuer le mixage. Les dialogues sont toujours nets et intelligibles.

Dans la section des suppléments, vous trouverez la bande-annonce originale du film et une très brève nouvelle "Movietone" concernant la présentation de la vingt-septième remise des Oscars en 1955 où nous voyons Grace Kelly et Marlon Brando recevoir respectivement la fameuse statuette pour leurs magnifiques performances dans les films The Country Girl et On the Waterfront.

Bref, "Broken Lance" est pour moi un western décevant nonobstant une distribution bien garnie. Une histoire originale certes, mais mal exploitée par un réalisateur peu imaginatif qui au cours de sa carrière n'a jamais vraiment été capable d'explorer au maximum les facettes de ses principaux protagonistes à la manière d'un John Ford ou d'un Henry Hathaway.


Cotes

Film4
Présentation1
Suppléments2
Vidéo5
Audio6